La rentrée des classes aussi pour CARI Jeunes

Posté lun 08/09/2008 - 06:10
Par admin

La rentrée des classes aussi pour CARI Jeunes

C'est aussi la rentrée des classes pour les “CARI Jeunes”, une formation originale montée par la société de BTP niçoise. Depuis 2004, CARI propose aux jeunes sans expérience mais motivés une formation de coffreur-bancheur accompagné d’une embauche en CDI. Vendredi dernier, le 5 septembre, la 5ème promo a été lancée. Cette promo, comme la précédente, compte autant de femmes que d’hommes (12 femmes et 12 hommes). Parallèlement, les “élèves” de la 4ème promo CARI Jeunes Côte d’Azur ont reçu leur diplôme des mains de leur marraine Dominique Estrosi, vice-présidente de la CANCA déléguée à la politique de la ville et à l’habitat. Un passage de relais qui s'est réalisé au siège de la société, dans la zone industrielle de Carros.

 

“Classe” mixte chez les "coffreurs-brancheurs"...

 

Le BTP étant un secteur peu valorisé lors des orientations scolaires, le leader régional du bâtiment n'a pas attendu que les jeunes viennent à elle : il a décidé d'aller vers eux. Il a estimé que, pour qu’ils (et elles) puissent voir la richesse de ses métiers, il était préférable de les emmener sur le terrain et de les former. A ainsi été créée en 2004 l’école CARI Jeunes : après deux mois d’immersion sur chantiers, des jeunes intègrent, en CDI, des sessions alternant cours dans les locaux de l’entreprise et pratique sur les chantiers pendant 8 mois. Chacun est accompagné d’un tuteur (chef de chantier ou compagnon) et d’un parrain (conducteur de travaux). Cette école interne existe dans plusieurs régions où l'entreprise est solidement implantée : Côte d’Azur, Méditerranée, Champagne-Ardenne, Rhône-Alpes et à partir du 15 septembre, Sud-Ouest.

 

Dans les Alpes-Maritimes, la 4ème promotion est désormais sortie et les jeunes “padawan” qui ont reçu leur diplôme deviennent aide-coffreurs. C’était aussi, pour CARI, une promotion un peu particulière car c'était la première à être composée d’autant de femmes que d’hommes. Fidèle à sa politique de féminisation des chantiers, l'entreprise a pu établir cette mixité (ce qui n'était pas évident d'entrée de jeu) en rencontrant des femmes demandeuses d’emploi lors de réunions de sensibilisation aux métiers du BTP. Cela à travers un partenariat étroit mené avec la Mission Départementale des Droits des Femmes et de l’Egalité et avec l’ADEF, la Cellule Grands Chantiers du PLIE (Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi) de la CANCA.

 

Ajouter un commentaire