La traversée des Pyrénées en VTT de quatre ingénieurs sophipolitains

Posté lun 25/07/2005 - 00:00
Par admin

De l'aventure et du sport avec plus de 900km à parcourir en 12 jours et 25.000 m de dénivelé; de la techno avec des PDAs au GPS intégré pour ne pas se perdre. Mais pour Pascal Darre (photo Une) ce fut le plaisir avant tout et la réalisation de ses vieux rêves.

Bien que très orientés technologies, ceux qui travaillent à Sophia Antipolis font souvent aussi beaucoup de sport et sont capables de réaliser de véritables défis. On l'avait déjà vu avec la traversée de la Méditerranée en kayak réalisée par les fondateurs de Wimba, start-up sophipolitaine. Une nouvelle preuve en est donnée avec la traversée des Pyrénées en VTT, aventure qu'ont vécue du 27 juin au 8 juillet, une petite équipe de quatre Sophipolitains renforcée de deux amis de région parisienne.25.000m de dénivelé positifPascal Darre et Frédéric Bonne, 28 ans chacun, ingénieurs électroniciens chez Philips Sophia, Fiorella Tarquini, 28 ans, ingénieur développement hardware chez Texas Instruments à Villeneuve Loubet, Olivier Chouillou, 28 ans, Ingénieur Design Asics Infineon, avec Samuel Lagier, biologiste parisien et Frédéric Grun ont voulu montrer qu'il ne fallait pas hésiter à se lancer dans des aventures qui pourraient paraître à priori un peu folle et qui moyennant préparation, entraînement et motivation, sont au final à la portée de beaucoup et peuvent apporter plaisir et enrichissement intellectuel.L'opération n'en présentait pas moins quelques bonnes difficultés. D'ouest en est, les douze jours de traversée en VTT devaient permettre d'avaler plus de 900km avec surtout 25.000m de dénivelé positif d'Hendaye à Banyuls. Ce qui représentait une moyenne journalière à parcourir de près de 80km avec plus de 2.100m de dénivelé. Quant au parcours retenu, bien qu'inspiré du topo-guide G.Veron (Edition Altigraph), il a été complètement réalisé par l'équipe.Les dernières technologies en matière de géolocalisationMais, même quand ils font du sport, les Sophipolitains n'en oublient pas pour autant le high-tech. Ils avaient ainsi embarqué avec eux pas mal d'électronique pour mener à bien leur aventure. Ainsi, afin de réaliser le parcours et de s'orienter sur place, l'équipe a fait appel aux dernières technologies en matière de géolocalisation grâce à leurs partenaires CompeGPS ( www.compegps.com) et Mio-Tech (www.mio-tech.be). Le tracé de leurs étapes s'est effectué avec des cartes et des photos aériennes (1/5000) de toutes les Pyrénées espagnoles. Les photos aériennes notamment ont permis de créer un livre de route indiquant toutes les intersections et particularités du parcours.La trace GPS (précise pratiquement au mètre près) ainsi réalisée, leur a permis, une fois sur les VTT de ne jamais se perdre et de pouvoir vérifier constamment s'ils étaient alignés avec leur parcours. Enfin les PDAs avec GPS intégré de Mio-Tech combinés avec les cartes leur donnaient la possibilité d'afficher leur position exacte à tout moment. Ainsi l'orientation durant leur aventure a toujours été un long fleuve tranquille!Un journal quotidien envoyé par mobile"Le soir, au bivouac, à l'auberge, au camping, nous tapions notre compte-rendu journalier et nous l'envoyons via un Philips 568 GPRS par email", explique Pascal Darre. "De même pour les photos, soit en temps réel avec l'appareil photo du portable, soit le soir via le mobile GPRS. Ce compte-rendu était mis en forme puis en ligne sur notre site web afin de faire vivre au jour le jour notre aventure. Une aventure dont on peut retrouver tous les éléments encore aujourd'hui en cliquant sur http://pyrenees2005.free.fr"Quant au message que nous souhaiterions transmettre, il est de deux ordres", conclut Pascal Darre. "Un : plaisir avant tout. Une voiture pour nous porter les affaires afin de s'eéclater en vélo et rester toujours prêt à tenter des trucs en vélo même au milieu d'étapes de 120km! genre le VTT sur la neige ou la descente sur marnes rouges. Deux : il faut savoir se lancer dans ce genre d'aventure, arrêter de dire "un jour je ferais..." pour enfin réaliser ses vieux rêves."

Ajouter un commentaire