Le Béjart Ballet Lausanne à Cannes: l’interview de Gil Roman

Posté mer 16/03/2011 - 10:03
Par admin

Le Béjart Ballet Lausanne en représentation à Cannes pour deux jours. L’occasion de rencontrer son Directeur artistique, Gil Roman, qui tout naturellement a pris la suite de Maurice Béjart auprès de qui il travaillait depuis 1979. Gil Roman dont le retour à Cannes n’est pas anodin, lui qui y a terminé sa formation au sein de l’école de danse de Rosella Hightower.

Le Béjart Ballet Lausanne à Cannes: l’interview de Gil Roman

 

Double représentation, hier et aujourd’hui à Cannes au Palais des Festivals, pour le Béjart Ballet Lausanne, une compagnie qui fait le tour du monde, surprend, émeut et séduit les publics les plus divers depuis 23 ans. Un Ballet qui, avec ses 39 danseurs de 15 nationalités différentes, est l’instrument d’un chorégraphe majeur du XXème siècle. Depuis la disparition de Maurice Béjart en 2007, la compagnie reste fidèle à la voie tracé par son créateur, sous la conduite de Gil Roman, danseur vedette formé à Cannes auprès de Rosella Hightower, qui a rejoint Maurice Béjart en 1979 et qui, après une carrière de danseur de presque 30 ans, s’est révélé être aussi un formidable chorégraphe.

Un talent que le public cannois pourra vérifier avec Aria, un ballet qu’il a créé, chorégraphié et mis en scène. Une création sur le thème du mythe du Minotaure, à l’image de la condition d’artiste, de sa situation labyrinthique interne : la tentative de fusion entre l’instinct et la raison. A travers ce ballet, Gil Roman a également voulu traiter le problème de la danse et de ses courants que l’on cherche toujours à opposer : une danse libre, contemporaine, et une danse codifiée, la danse classique. Deux danses qui se mélangent dans ce ballet pour atteindre une unité. La seconde partie du spectacle est une création de Maurice Béjart avec hier « Ce que l’amour me dit » sur la Symphonie n°3 de Gustave Mahler, et ce soir « Dionysos », sur une musique de Richard Wagner.   

Ajouter un commentaire