L'épidémie de coronavirus touche aussi le tourisme azuréen

Le bilan s'alourdit de jour en jour : 106 morts et plus de 4.000 cas déclarés en Chine avancés ce matin. L'explosion de l'épidémie conduit les agences de voyage chinoises à ne pas réserver ou à annuler les réservations pour la période du Carnaval de Nice et à la Fête du Citron à Menton

Nice Lanternes chinoises

L'inquiétude augmente au rythme de l'alourdissement du bilan de l'épidémie de coronavirus en Chine. Ce matin, les chiffres avancés font état de 106 morts, dont 100 dans la seule province de Hubei où se trouve la ville de Wuhan, l'épicentre de l'épidémie, et de près de 1.300 nouveaux cas confirmés. Au total, le nombre de cas en Chine dépasse maintenant les 4.000. Une folle expansion.

Pire : en dépit de la mobilisation des autorités chinoises, les spécialistes des maladies infectieuses assurent que l'épidémie ne s'arrêtera pas de suite et qu'elle durera plusieurs mois dans le meilleur des cas, soit au mieux jusqu'à l'été avant de pouvoir retomber. Des perspectives guère rassurantes. (Photo DR : ouvert fin novembre, le Festival  des lanternes chinoises se poursuit au parc Phoenix à Nice jusqu'au 23 février).

Annulation de groupe chinois pour le Carnaval de Nice et la Fête du Citron

Sur la Côte d'Azur comme partout dans le monde, l'explosion de cette nouvelle épidémie vient raviver le souvenir du SRAS dans les années 2002-2003 (près de 800 morts). Des perspectives qui pèsent déjà sur l'activité touristique. Ainsi les hôteliers ont enregistré des annulations pour des groupes chinois qui avaient réservé notamment sur la période du Carnaval de Nice (du 15 au 29 février) ou de la Fête du Citron à Menton (15 février au 3 mars) tandis que les agences chinoises avaient stoppé de leur côté les réservations.

Le Carnaval de Nice, tout particulièrement, est populaire en Chine. Il s'était d'ailleurs exporté ces dernières années dans plusieurs grandes villes chinoises. Mais alors que l'Etat chinois a suspendu la plupart des déplacements internationaux en raison de l'épidémie, les groupes se trouvent contraints d'annuler. Quant à la réouverture de la ligne Nice-Pékin prévue pour le 29 mars, il est encore trop tôt pour savoir si la date sera maintenue ou si, là également, l'épidémie contraindra Air China à repousser.

Annulation du gala du Nouvel An chinois au Ruhl 

Dans le département, l'épidémie a eu raison du grand dîner de gala du Nouvel An de la communauté chinoise. Il devait avoir lieu ce soir, mardi, au Ruhl et a été annulé. Organisé par l’association de la communauté chinoise de la Côte d’Azur (ACCCA), il devait réunir quelque 300 personnes, dont le consul général de Chine à Marseille.

Christian Estrosi demande la création du comité de surveillance

Quant à Christian Estrosi, il a interpellé la ministre de la santé pour proposer la création d’un Comité de surveillance, même si aucun cas n’a été détecté à Nice à ce jour. Le président de la Métropole a écrit dès dimanche à la ministre de la santé afin de connaître les moyens mis en œuvre par le gouvernement.

"Je souhaite la création d’un Comité de surveillance composé notamment de médecins infectiologues du CHU de Nice, d'un pharmacien en santé publique, des responsables sanitaires de la ville et de l'aéroport, pour proposer des actions en fonction de la situation et être prêt sans aucun retard à établir un plan de protection des Niçoises et des Niçois" écrit-il. "Ce comité restera aussi en contact avec l'Agence Régional de Santé et suivra les conseils et alertes de l'OMS. Etre réactif, prêt et adapté ainsi qu'à l'écoute des habitants nous permettra de faire face éventuellement à une aggravation de la situation."

Étiquettes