Les bénéfices insolents de Total attisent la polémique…

Posté mer 13/02/2008 - 17:10
Par admin

L'annonce faite par Total d'un bénéfice 2007 de plus de 12 milliards d'euros est loin d'avoir suscité l'enthousiasme général. Deux réactions parmi d'autres, celle du député azuréen Lionnel Luca et celle de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, en témoignent et donnent le ton.

 

"Total : le compte n’y est pas !" clame ainsi dans un communiqué Lionnel Luca qui rappelle avoir déposé en décembre "une proposition de loi sur la taxation exceptionnelle aux profits exceptionnels des sociétés pétrolières". "Les bénéfices de Total se répètent d’une année sur l’autre, non pas du fait d’une gestion exceptionnelle mais d’un simple effet d’aubaine qui est l’explosion des prix du baril de pétrole et de la contrainte subie par le consommateur qui est le premier contributeur à ce résultat. La logique d’un vrai système libéral n’est pas de justifier un effet d’aubaine mais de redonner le fruit de sa contribution au consommateur", note le député.

 

L'UFC-Que Choisir, qui demande depuis des mois une taxation exceptionnelle a ajusté le tir et réclame aujourd'hui "une contribution citoyenne" des pétroliers qui compenserait "l'inflation continue" du prix des carburants pour les consommateurs. Il s'agirait d'un mécanisme incitatif qui consisterait en une augmentation de leur impôt à 40%, ainsi qu'elle le précise dans un communiqué intitulé "Cinq bonnes raisons pour une contribution citoyenne de Total". Cet impôt pourrait revenir à son taux normal de 33% si ces groupes investissent "un montant défini dans les énergies renouvelables et/ou s'ils contribuent au développement des transports collectifs", ajoute l'UFC.

 

L'association démontre point par point que Total n'a pas tenu ses engagements. Et en conclut : "l'UFC-Choisir constate que le volontarisme du Grenelle de l’environnement en matière de développement des alternatives au pétrole est fragilisé par la contrainte budgétaire. La contribution citoyenne des compagnies pétrolières constitue une des sources de financement qui doit être envisagé par le gouvernement et les acteurs du Grenelle." Lire le communiqué en cliquant sur le document associé ci-dessous.

Ajouter un commentaire