Les petites histoires de Mougins racontées par Loulou Lambert

Posté mar 17/04/2012 - 15:13
Par admin

File d’attente inhabituelle et ininterrompue dimanche matin dans la salle des mariages de Mougins dont les habitants se sont pressés en masse pour venir faire dédicacer le livre « Mougins, les petites histoires de mon village » écrit par Louis Lambert qu’à Mougins tout le monde appelle Loulou. Rencontre avec celui qui dirige le Cercle d’histoire et d’archéologie de Mougins pour parler de son ouvrage dans lequel il a compilé une multitude d’anecdotes que l’on se racontait jadis sur les bancs du village.

Les petites histoires de Mougins racontées par Loulou Lambert

Louis Lambert, les mouginois sont venus en masse pour cette dédicace. Vous pensez qu’ils ont été touchés par ces petites histoires de leur village ?

Je ne sais pas. En fait, je crois qu’ils se sont trompés. Ils ont cru que j’avais écris la grande histoire du village. Une grande histoire qui va venir car j’ai maintenant avec moi des gens compétents qui vont m’aider à l’écrire. Moi, écrire les petites histoires, je le fais volontiers. Mais pour les grandes, je veux m’assurer d’avoir à mes côtés au Cercle des gens compétents, ce qui est le cas désormais avec notamment une personne qui vient de prendre sa retraite et qui va travailler avec moi.

Vous n’avez pas écris l’histoire de Mougins, mais vos petites histoires remontent tout de même jusque vers 1 600 ? 

Pour les plus anciennes, il est difficile de les dater avec précision, mais c’est ce que se racontait mes grands-parents quand ils étaient assis sur leur banc. A l’époque, il n’y avait pas de télévision, alors on se racontait des petites histoires de Mougins, ce qui faisait rire. J’en ai quelques unes qui font pleurer, mais je me suis bien gardé de les mettre dans le livre.

A travers ces petites histoires, vous avez fait passé votre amour pour ce village ?

On a surtout fait deux choses. Avec mon ami Jean Bastien, on a écris des choses sérieuses à partir des archives que nous avons trouvé. Puis, avec mon autre ami Jeannot Gosso, on a fait que des rigolades. On faisait des projections au Photo Club de Mougins et j’assurais le commentaire en essayant d’être marrant. C’est comme cela que sont nées les premières anecdotes sur Mougins que j’ai ensuite retranscrit dans ce livre.

Mougins a été le village le plus étoilé de France. La gastronomie est présente dans ces petites histoires ?

Oui et beaucoup plus qu’on peut se l’imaginer car nous avions déjà à l’époque héroïque des gens qui faisaient de la très bonne cuisine et dont on a d’ailleurs une série de portraits au Cercle. Même si s’était difficile de monter à Mougins, on y venait pour manger, avant même l’arrivée de Roger Vergé et la création de son Moulin de Mougins. On venait par exemple, avant la guerre de 39,  manger l’aïoli chez Fernand Bain qui tenait le restaurant de la place du village  et qui fut l’un des premiers à relancer Mougins.

Quel est le véritable particularisme de Mougins ?

Quand on est à Mougins, on n’a plus envie d’en redescendre. On a souvent dit que le village était en ruines. En fait, cela remonte à longtemps et maintenant c’est presque trop bien construit et le Maire se bat pour conserver cet aspect du village ancien, mais pas en ruines.

Il veut également greffer un nouveau cœur à Mougins avec un nouveau quartier. Vous en pensez quoi ?

Nous le cœur on s’est pas trop ce que c’est, car c’étaient surtout les jambes dont nous avions besoin à Mougins parce qu’il fallait monter. Quand on arrivait à monter à Mougins, on avait le cœur qui battait très fort et on s’asseyait pour boire quelque chose. Je ne vous dirais pas que c’était du pastis, mais plutôt de l’eau du Foulon qui coulait sur la place.

 

  

Ajouter un commentaire