L’INPI homologue l’indication géographique "L'absolue Pays de Grasse"

Extrait naturel utilisé dans les parfums, arômes et cosmétiques, "L'absolue Pays de Grasse" a été labellisée "indication géographique". Dans la ligne de l'inscription des parfums grassois au patrimoine de l'humanité, c'est une belle victoire pour l'association "Les Fleurs d'Exception du Pays de Grasse" qui travaille à faire reconnaître la qualité végétale du territoire et un savoir-faire artisanal d’extraction des essences.

Absolue Pays de Grasse tubéreuses

Une bonne nouvelle pour la capitale mondiale du parfum : l'INPI (Institut national de la propriété industrielle) a homologué aujourd'hui vendredi la nouvelle indication géographique "l'absolue Pays de Grasse". L’essence absolue, plus communément appelée "absolue" est un extrait naturel ou intermédiaire utilisé dans les parfums, arômes et cosmétiques. C'est une des spécialités du pays de Grasse qui est le berceau historique des producteurs et transformateurs de plantes à parfum en "absolue" (rose, jasmin, oranger, tubéreuse, iris, romarin, sauge…). (Photo Robertet : l'effeuillage des fleurs de tubéreuses).

Mettre en valeur des savoir-faire territoriaux

L'homologation avait été demandée en mai dernier par l'association Les Fleurs d'Exception du Pays de Grasse dans la ligne de l'inscription des parfums grassois au patrimoine de l'humanité. Signe officiel de qualité et d’origine, l’indication géographique est une garantie d’authenticité pour les consommateurs et un moyen de valoriser les savoir-faire et les produits des entreprises. Auparavant réservé aux produits agricoles et viticoles, ce label avait été élargi aux produits de l’artisanat et de l’industrie par la loi "consommation". Le pendant de l'AOP des produits industriels.

La qualité végétale du territoire et le savoir-faire artisanal d’extraction des essences de fleurs du Pays de Grasse se trouvent ainsi officiellement reconnus. L'IG permet aux artisans et entreprises de valoriser leurs produits et de protéger leur savoir-faire de la concurrence déloyale et de la contrefaçon. Elle permet aussi aux collectivités locales de mettre en valeur des savoir-faire territoriaux.

Une relance de la filière après des vagues de délocalisations

Sept entreprises sont concernées par cette homologation. Elles représentent 90 % des transformateurs de plantes à parfum de la zone géographique concernée : Firmenich, Jean Gazignaire SAS, IFF-LMR, Mane, Payan Bertrand SA, Robertet, Sotraflor. Sous l’impulsion d’une jeune génération de producteurs de plantes à parfum, réunis dans le collectif Les Fleurs d’Exception du Pays de Grasse, la filière s'est relancée après des vagues de délocalisations. Elle a particulièrement travaillé à la protection des savoirs liés au parfum à Grasse.

Le procédé de fabrication se décompose en deux étapes :

  • l’extraction de la matière première végétale ou biomasse au solvant volatil, par fluide supercritique ou enfleurage, afin d’obtenir une pommade florale appelée "concrète",
  • la transformation de l’extrait primaire en absolue (lavage alcoolique, glaçage, filtration, pré-concentration et concentration finale sous vide).

Les étapes de cueillette, de production et de transformation devront être opérées dans l'aire géographique des départements des Alpes-Maritimes, du Var et des Alpes-de-Haute-Provence.

La dixième indication géographique

Il s’agit de la dixième indication géographique homologuée par l’INPI depuis l’entrée en vigueur du dispositif, après le siège de Liffol (décembre 2016), le granit de Bretagne (janvier 2017), la porcelaine de Limoges (décembre 2017), la pierre de Bourgogne (juin 2018), le grenat de Perpignan (novembre 2018), le tapis d’Aubusson (décembre 2018), la tapisserie d’Aubusson (décembre 2018), la charentaise de Charente-Périgord (mars 2019) et les pierres marbrières de Rhône-Alpes (novembre 2019).

Étiquettes

Ajouter un commentaire