MIPIM de Cannes… à Paris : le regard des pros sur l'après Covid immobilier

Mipim à Paris

Avec la première Paris Real Estate Week qui a débuté lundi et s'est terminée hier jeudi, premier sommet international de l'immobilier depuis le début de la pandémie, c'est le MIPIM 2020 qui s'est achevé…pour la première fois loin de Cannes. Une édition totalement atypique, bousculée par la crise sanitaire. Placée sous le thème de la sauvegarde de la planète et de l'hume ("The future is human"),elle était initialement prévue du 10 au 13 mars au palais des Festivals, avait été reportée début juin puis remodelée sous un autre format et organisée exceptionnellement en fin d'été sur Paris en raison d'une pandémie qui s'éternise. (Photo DR : les stands de la "Week" à Paris)

1.500 décideurs à Paris pour "la Week"

A travers de multiples événements MIPIM et Propel by MIPIM auront cherché aussi à cerner les tendances de l'après-Covid et à (re)placer l’innovation au service du renouveau de l’environnement bâti. La Paris Real Estate Week (la Week), qui a démarré par l’événement Propel by MIPIM (anciennement MIPIM Proptech Europe), a ainsi réuni sur ce thème, quelque 1 500 décideurs du monde de l’immobilier, de l’innovation et de la ville. Un nombre évidemment bien moindre que l'an dernier (près de 27.000 participants réunis à Cannes). Côté version digitale, 6 000 professionnels ont également suivi les débats en ligne sur la plateforme dédiée ainsi que sur Twitter, LinkedIn et Facebook.

Le regard "à chaud" des professionnels sur les répercusions de la Covid-19

Ce qu'on retiendra de ce sommet de l'immobilier surnageant dans la grande pandémie du 21ème siècle ? D'abord un regard "à chaud" des professionnels sur les répercussions de la Covid-19. Quelques exemples. Pour Méka Brunel, Directrice Générale de Gecina, la pandémie a accéléré les grandes tendances que sont "l’urbanisation, la digitalisation et la durabilité". Pour Brendan Wallace, cofondateur de Fifth Wall, "ces tendances ont un effet profond sur l’immobilier. Il devient nécessaire de regarder la situation sous le prisme sociologique. Les propriétaires qui adoptent une vision prospective – comme celle de bâtir des marques – seront bien positionnés pour affronter l’avenir."

Guillaume Poitrinal, cofondateur de Woodeum, fait remarquer de son côté que "la crise environnementale fera plus de morts que la Covid-19. Je veux bâtir des immeubles dont l’empreinte carbone sera aussi réduite que possible pendant toute leur durée de vie." Plus généralement, les tendances clés que sont l’urbanisme et les progrès technologiques ont contribué à mettre sous les feux des projecteurs des thématiques aussi variées que la 5G et la 6G, la mobilité, la densité et même la campagne. Le changement climatique a été lui aussi largement débattu, ce qui a donné lieu à des réactions vives et passionnées.

Nicolas Sarkozy : "nous devons aimer nos villes"

Consacré aux thématiques de la ville, le MIPIM Urban Forum du mercredi aura été marqué par plusieurs interventions de personnalités politiques, dont celle de l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, qui a exhorté son auditoire à "aimer les villes !". "La ville idéale n’existe pas, je crois davantage en la force de la différence. Nous devrions aimer nos villes pour toutes leurs particularités. C’est cela qui les rend belles. Il n’y a pas de modèle unique."

Et d’ajouter : "Nous devons mettre un terme à la décadence du monde occidental, redécouvrir l’amour des grands projets, et innover. Créons par exemple le Grand Lyon, ou encore le Grand Marseille pour en faire la capitale de la Méditerranée. De la même manière, il faut amener le TGV jusqu’au Havre, qui est aujourd’hui le port du Grand Paris."

Maire de Rome, Virginia Raggi, a insisté sur la "flexibilité" des responsables. "La crise sanitaire a eu un impact direct sur nos villes. Il nous faut nous adapter. Les 3 R sont déterminants : réinvestissement, régénération et recommencement. Tant qu’il y aura la COVID-19, nous devrons réagir vite et efficacement, et surtout rester flexibles." Quant à Anne Hidalgo, maire de Paris, elle a plaidé pour "les travailleurs essentiels". "Ils ne peuvent être exclus des villes, où la spéculation fait rage. Ils ne peuvent être obligés de faire de longs trajets pour se rendre au travail. C’est une leçon fondamentale et elle doit influencer notre manière de gérer la ville."

"Ville du quart d'heure", transports, réchauffement climatique, mixité des usages...

D'autres idées ont été exprimées sur les principaux enjeux de la fabrique de la ville ("ville du quart d’heure", transports, densité, villes moyennes, réchauffement climatique, mixité des usages…) :

Grégory Doucet, maire de Lyon : les trois grands défis de la ville de demain seront de "repenser la mobilité quotidienne et reconfigurer les espaces publics, accorder une plus grande importance à la qualité de nos lieux de vie et faire de nos logements des cocons, et faire de l'urbanisme un art en commun au service de la nature et du vivant".

Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France : "Le télétravail, nous souhaitons en faire une norme (au moins un ou deux jours par semaine), afin de lisser les heures de pointe dans les transports en commun. On va télé-travailler, télé-éduquer, télé-consulter".

Carole Delga, présidente du Conseil Régional Occitanie/Pyrénées-Méditerranée : "L’ambition de la région Occitanie est de devenir la première région à bilan énergétique négative d’ici 2025".

François Bonneau, Président de la région Centre-Val de Loire : "Je pense essentiellement en termes de bassins de vie pour que ces lieux soient des lieux sociaux, d’activité économique, de culture, d’information où l’on travaille, où l’on s’exprime, où l’on échange (…) Il faut que nous fassions du sujet des centres-villes un grand projet qui convoque tous les acteurs pour faire vivre les territoires".

  • Les conférences seront disponibles en replay sur la plateforme Paris Real Estate Week jusqu’à mi-octobre : www.parisrealestateweek.com
Image
MIPIM Sarkozy

Nicola Sarkozy lors de son intervention au MIPIM (Photo DR) 

Étiquettes

Ajouter un commentaire