Monpetitbikini.com en crownfunding (1 M€) pour ouvrir des boutiques

La DVNB (digital native vertical brands) de Grasse, qui s'est taillée de belles parts de marché dans les maillots de bains, est en levée de fonds (1 M€) en crowdfunding sur Sowefund.com. Ce financement va servir à l'ouverture d'une dizaine de boutiques d'ici 5 ans, à renforcer ses équipes et concrétiser ses engagements environnementaux avec en 2021 tous ses tissus recyclés 100% à partir de bouteilles de plastiques retirées des océans.

Monpetitbikini locaux Mouans
Image
Audrey Lieutaud

Lauréate des "pépites" 2016 du Pays de Grasse, la startup Monpetitbikini est en cours de levée de fonds (1 M€) par crowdfunding sur la plateforme Sowefund.com. Après avoir mené une activité de revendeur à partir de 2010, la société fondée par Audrey Lieutaud a créé en 2015 sa propre marque de maillots de bains et vêtements de plage. Elle a vendu depuis, essentiellement en e-commerce, plus de 130.000 maillots de bain pour un chiffre d'affaires de 2,2 M€ cumulés (dont 700 k€ en 2019). Elle a parallèlement mené des tests retails prometteurs avec plusieurs ouvertures de pop-up stores réussies. (Photo DR : le siège de Monpetitbikini à Mouans-Sartoux).

Un marketing digital très "Instagram"

Les atouts qu'elle met en avant pour sa levée de fonds ? Des maillots de bains très tendances, une diversification réussie avec le lancement de nouveaux produits pour contrer la saisonnalité du maillot de bain, et la prise d'un engagement écologique fort en proposant des maillots en tissus 100% recyclés, une première en France pour une marque de cette taille.

S'y ajoutent un marketing digital très poussé avec une forte présence sur les réseaux sociaux (en particulier Instagram), des collaborations avec de nombreux influenceurs allant jusqu'à la création de marques capsules, comme pour Noholita (860k followers), avec qui la fondatrice a créé une structure dédiée.

Un objectif de 11 à 15 boutiques en 5 ans

Monpetitbikini est-il rappelé est une DNVB (digital native vertical brands) à l'image de Sézane, Le Slip Français, Glossier, Respire, Girls in Paris qui sont de vrais succès. Mais comme beaucoup de ces "natives digitals", la startup a ouvert une prremière boutique en "dur" en 2017. Sa levée de fonds, vise aussi à élargir cette couverture "physique" et à développer ce réseau commercial avec l'ouverture de 11 à 15 boutiques en 5 ans, principalement en centres commerciaux et dans des lieux avec un fort passage, pour réaliser plus de ventes.

Dans cette logique, Monpetitbikini travaille sur un partenariat avec le groupe Unibail (l'un des gros acteurs des centres commerciaux en France avec, sur le 06, Polygone Riviera à Cagnes-sur-mer), accord à finaliser prochainement. Les fonds serviront également au recrutement pour la création, le marketing et les ouvertures de boutiques, au développement des collections avec la diversification de l'offre et au marketing pour accroître la notoriété de la marque.

Un engagement environnemental fort

Dans la stratégie de levée de fonds sont inscrits également un développement de maillots de bains recyclés et engagement associatif dans la préservation des océans. Dès 2021, les maillots de bain Monpetitbikini seront fabriqués en tissus 100% recyclés à partir de bouteilles d'eau récupérées dans l'océan grâce à The Seaqual Initiative. Par ailleurs, les chutes de tissus seront systématiquement réutilisées pour fabriquer des accessoires (headband, chouchous, pochettes de plage, ...). D'autre part, Monpetitbikini s'associe aussi avec l'association Wingsoftheocean pour mener une campagne de publicité de dépollution des océans afin de sensibiliser sa communauté.

Ajouter un commentaire