Municipales 2020 : les confirmations et les surprises du 2ème tour

Parmi les confirmations, Christian Estrosi à Nice, Jean-Claude Guibal à Menton, Louis Nègre à Cagnes-sur-mer, l'écologiste Joseph Cesaro à Valbonne. Parmi les surprises, le retour de Régis Lebigre, ancien maire de Vence, la défaite de plusieurs sortants (Charles Scibetta à Carros, Michel Sempéré à Saint-Jeannet, Michelle Salucki à Vallauris…). Flash sur la nouvelle carte municipale des Alpes-Maritimes.

Municipales 2020 de Kristian

Peu de grosses surprises finalement hier soir à l'issue du second tour d'élections municipales 2020 qui feront date (pandémie, plus de trois mois entre les deux tours…) : à Nice, Christian Estrosi a été réélu haut la main (59,3% devant Philippe Vardon du RN à 21,29%  et l'écologiste Jean-Marc Governatori à 19,41%, mais avec un absentéisme colossal de près de 75%!); à Menton, Jean-Claude Guibal s'est imposé avec un écart plus grand que ce qui été envisagé (55,7%); à Valbonne, l'écologiste Joseph Cesaro a creusé l'écart (45,46% contre 28,9% pour le maire sortant Christophe Etoré et 25,6% pour l'ancien maire et sénateur actuel Marc Daunis); à Saint-Paul de Vence, Corinne Paolini manque son pari d'un cheveu (8 voix) face à Jean-Pierre Camilla sur un taux de participation de plus de 55%, bien au-delà de la moyenne nationale. (Dessin : le 2ème Tour des municipales 2020 vu par le dessinateur de presse Kristian).

Regis Lebigre retrouve son écharpe à Vence

S'il y a eu des surprises, c'est à Vence qu'on peut les trouver avec l'ancien maire Régis Lebigre qui reprend son écharpe avec 41,71% des voix, tandis que la maire sortante Catherine Le Lan termine en troisième et dernière position avec moins de 20% des suffrages. Une claque. Autre surprise à Saint-Jeannet, commune de la Métropole, où Jean-Michel Sempéré perd son écharpe lui aussi face à Julie Charles (55,48% contre 44,52%).

Nouveaux maires à Carros et Vallauris

A Carros également, Charles Scibetta perd son écharpe d'un cheveux (31 voix de différences) face à Yannick Bernard, nouveau maire avec 50,34% des suffrages. Même chose à Vallauris où la maire sortante Michelle Salucki, arrivée d'un cheveu en tête au premier tour, a vu le rapport s'inverser et s'est faite finalement distancée là aussi de peu (231 voix) par son challenger Kevin Luciano (35,44% contre 32,41%) dans une quadrangulaire.

Le Tignet : l'ancien sous-préfet de Grasse, Claude Serra élu

Des nouveaux maires également pour Auribeau-sur-Siagne avec Michèle Paganin (Jacques Varrone, élu en 2014 ne se représentait pas), pour Peymeinade où le maire sortant, Gérard Delhomez est battu par Philippe Sainte-Rose Fanchine (58,10%), pour Le Tignet où l'ancien sous-préfet de Grasse puis préfet de l'Eure, Claude Serra a confirmé avec 40,13% des suffrage sa première place au 1er tour et a pris la mairie à François Balazun qui termine dernier de la triangulaire.

Fin d'un règne dans le haut-pays

A noter également la fin d'un règne dans le haut pays : Fernand Blanqui à Valdeblore manque son 6ème mandat. Dans cette petite commune (815 électeurs), il termine en 23ème position et laisse l'écharpe à Carole Cervel, dont la liste rafle les 12 sièges du conseil municipal. En revanche, pas de surprise à Cagnes-sur-mer : Louis Nègre, inamovible, repart pour… un sixième mandat (47,86%). A la Gaude, Bruno Bettati, conserve son mandat en confirmant son avance du premier tour (66,86%).

LR reste largement majoritaire dans le département

Si l'on regarde la nouvelle carte municipale des Alpes-Maritimes à la sortie de ces élections, on notera que les grandes villes restent majoritairement LR, la seule "perte", venant de Vallauris. D'autre part, contrairement à ce qui s'est passé en France, hors Valbonne, le second tour n'a pas connu de poussée verte comme partout en France. D'autre part, la droite a renforcé ses positions et la gauche, désunie notamment à Nice, a perdu encore un peu plus de terrain. Moins de conseillers municipaux pour elle, veut dire aussi moins de poids pour les prochaines sénatoriales fin septembre.

En 2014, la droite avait alors manqué de peu le grand chelem, n'emportant que 4 des 5 sièges de sénateurs, l'un des sièges revenant à Marc Daunis, PS. Ce dernier, qui a perdu la mairie de Valbonne dimanche, peut désormais dans la foulée trembler pour son mandat de sénateur.

Étiquettes