Nice-Saint-Tropez: navette maritime dans la tempête

Posté mer 30/06/1999 - 00:00
Par

Saint-Tropez qui renâcle et Saint-Laurent qui prend peur : la nouvelle liaison par la mer entre l'aéroport de Nice et la cité du Bailly a souffert à ses deux ports d'embarquement


Mauvais temps pour la nouvelle navette maritime! La liaison par catamaran, mise en place par Emeraude Lines avec le partenariat d'Air France pour assurer trois aller-retour quotidiens, via Cannes, entre l'aéroport de Nice et la cité du Bailly a essuyé sa première tempête. Au sens figuré bien sûr. Les vagues qu'elle a affrontées sont celles des ports de Saint-Tropez et de Saint-Laurent du Var.

En voie d'apaisement
A Saint-Tropez, le maire, Jean-Michel Couve, s'est insurgé contre le fait que sa commune n'ait pas été choisie comme tête de pont de la ligne et qu'Emeraude Lines n'y ait pas installé une antenne. Deux éléments qui, pour lui, avaient été posés comme conditions sine qua non lors des négociations entamées depuis janvier pour l'ouverture de la liaison.
A Saint-Laurent-du-Var, le problème soulevé était d'une nature différente. Le port est privé. La commune en a donc la gestion. Mais, si une activité commerciale de transport de passagers ou de transport de marchandises y est pratiquée, la commune risque de perdre son port qui passerait ainsi, suivant la législation en cours, sous le contrôle du Conseil général. La commune de Saint-Laurent-du-Var et la direction du port ont donc soudainement réalisé les risques et pris peur.
Mercredi 30 juin, toutefois, la situation semblait être en cours de normalisation. Pour Jean Laclaverie, responsable Méditerranée d'Emeraude Lines, une convention devrait être rapidement signée avec Saint-Tropez. La compagnie y installerait une antenne et d'autre part, le catamaran qui, actuellement 'dort' la nuit à Cannes, viendrait plusieurs fois par semaine 'coucher' dans le port de Saint-Tropez.
Sur Saint-Laurent-du-Var, une réunion a été programmée entre la compagnie, la commune, le port, le Conseil général et la Préfet des Alpes-Maritimes. La solution qui semble se dégager, serait de tolérer l'accostage de la navette dans le port de Saint-Laurent, en attendant qu'un ponton puisse être installé au départ du lit du Var, à proximité du Terminal 2 et donc de l'arrivée des lignes domestiques. Une solution qui serait maintenant possible depuis le déplacement de la piste nord.