Open Sky à Sophia : la Compagnie de Phalsbourg contre-attaque

Suite à la nouvelle offensive des opposants avec une lettre ouverte demandant à l'Etat de faire annuler le projet, Philippe Journo, président de la Compagnie de Phalsbourg, a annoncé qu'il avait déposé une plainte pénale et a invité les élus de Valbonne à visiter aujourd'hui à 15 heures le terrain d'implantation pour présenter ses engagements et les travaux de dépollution déjà effectués. "Tentative d'intimidation rétorquent les contestataires.

Projet Open Sky

Nouvel épisode dans le dossier "Open Sky", ce centre commercial de l'ordre de 100.000 m2 qui doit se construire à l'entrée ouest de Sophia Antipolis dans la ZAC des Clausonnes. Restée jusqu'à présent très discrète face à la vague d'opposition qu'a suscitée le projet, la Compagnie de Phalsbourg a contre-attaqué aujourd'hui. Ainsi, Philippe Journo, son président a invité aujourd'hui vendredi à 15 heures les élus de Valbonne devant le terrain Serantoni, route de la Valmasque à Valbonne, pour visiter le site d'implantation, constater les travaux de dépollution qui avaient été faits (notamment ceux concernant un désamiantage qui se sont révélés plus importants que prévu) et discuter avec lui des engagements de la société.

La Compagnie de Phalsbourg a dans la foulée annoncé avoir déposé une plainte pénale contre les opposants à Open Sky. Ambiance assurée pour la visite de cet après-midi…. (Photo Webtimemedias : la maquette du projet présentée au MIPIM de Cannes).

Un projet contesté depuis le début mais qui a déjà obtenu son Permis de Construire

Le moins que l'on puisse dire c'est que ce projet OpenSky soulève des contestations depuis sa présentation au MAPIC de Cannes fin 2016. Ce fut de suite haro contre le "bétonnage" de la technopole et l'imperméabilisation des sols, contre l'arrivée d'un centre commercial supplémentaire, contre les atteintes à l'environnement et contre le surplus de circulation que le projet amènerait dans une technopole plus que jamais embouteillée aux heures de pointe. Seules quelques rares voix se faisaient entendre pour soutenir un projet qui pourrait amener de l'emploi, apporter un bâtiment emblématique et créer de l'animation dans la technopole.

Dernière grande offensive en date, alors que le projet a obtenu son permis de construire le 4 novembre 2016 et purgé depuis plus d'un an tous les recours (les travaux peuvent donc démarrer de suite légalement) : 22 associations locales et nationales diverses (défense de l’environnement, riverains, défense des petits commerçants, prévention contre les inondations, …) en ont appelé à l'Etat pour lui demander de faire annuler le dossier. Dans une lettre ouverte co-signée, ils dénoncent de nouveau un "projet pharaonique, avec 100.000 m² de locaux, nécessitant le déboisement de 15 hectares de pinède" et réclament "l'arrêt du centre  commercial Open Sky à Sophia Antipolis" rappelant à l'occasion l'abandon de Europacity par le Président de la République et l'ouverture de l'extension de Cap 3000.

"Trafic, déforestation, inondations, hyper consommation, pollution, empreinte carbone..."

"Trafic, déforestation, inondations, hyper consommation, pollution, empreinte carbone : notre argumentaire fourni et chiffré dénonce un projet délirant et archaïque, rejoignant les arguments avancés par le Président pour l’annulation de Europacity," écrivent-ils. "Face à un permis déjà signé et des menaces d’indemnités, les élus locaux, reconnaissant désormais l’absurdité de ce centre, affirment ne pouvoir faire machine arrière. Nous réclamons l’intervention de l’état, afin que la collectivité ne porte pas seule la charge de cette annulation."

La lettre ouverte vient argumenter leurs griefs déclinés sous l'angle de l'économie, de la mobilité, du climat, de la pollution atmosphérique, des inondations, de l'image de la technopole, enfin de l'opinion publique et de la démocratie, rappelant qu'une pétition lancée en 2015 avait depuis dépassé les 20.000 signataires et qu'ils étaient 300 à manifester à Sophia Antipolis en juin dernier.

Les élus de Valbonne invités sur le terrain

Effet déclencheur ? Suite à cette nouvelle offensive des opposants, le promoteur, la Compagnie de Phalsbourg (elle porte aussi un autre grand projet d'immobilier d'entreprise dans la technopole avec Ecotone proche du péage de l'A8) a réagi pour la première fois. Dans un mail adressé à la mairie de Valbonne, le président de la société, Philippe Journo annonce qu'il a "déposé une plainte pénale contre les propagateurs de ces mensonges, plaintes délocalisées à Paris pour qu’elles soient traitées dans la sérénité."

Il invite aussi les élus valbonnais aujourd'hui ce vendredi 29 novembre à 15 heures sur le terrain. Des élus très partagés sur le sujet comme l'ont montré les derniers conseils municipaux. Pour le promoteur, il s'agit de leur présenter "nos engagements, tant au niveau de la construction d’une nouvelle Centrale à béton et du démantèlement de l’ancienne, devenue polluante, que du transfert dans un équipement neuf et contemporain de la clinique vétérinaire. Nos campagnes de dépollution ont fait apparaître dix fois plus de pollution en particulier à l’amiante que ce qui était prévu initialement", est-il noté.

"Nous sommes régulièrement l’objet de campagnes massives de désinformation visant à faire croire que nous détruirions la forêt de la Valmasque et que nous bétonnons une zone naturelle. Nos opposants veulent faire de ce projet, pourtant purgé de tous recours et validé par toutes les instances de la République Française, un enjeu électoral", est-il noté. D'où l'organisation de cette visite en avant-première pour que les élus, est-il noté sur le mail d'invitation, puissent constater de leurs yeux "la réalité du terrain d’assiette de notre projet mais également l’énorme travail de dépollution et de désamiantage qui a été réalisé de manière discrète depuis des mois pour ne pas affoler la population".Une seconde visite à l'intention des commerçants est prévue samedi à 12 heures.

A suivre aussi la réaction des opposants qui ont déjà parlé de tentative d'intimidation...

Tags