Orolia : contrat de 8,4 M€ pour un maser actif spatial

Posté ven 23/09/2011 - 08:37
Par admin

Spécialisé dans les applications de positionnement, de navigation et de timing les plus critiques, groupe de Sophia Antipolis a signé au travers de sa filiale SpectraTime un contrat d’étude de 8,4 M€ pour le développement et la fabrication d’un maser actif spatial, destiné à être embarqué en 2013 sur la station spatiale internationale.

Orolia : contrat de 8,4 M€ pour un maser actif spatial

Un nouveau contrat pour Orolia, société dont le siège est à Sophia Antipolis. Le groupe spécialisé dans les équipements et systèmes GPS pour les applications de positionnement, de navigation et de timing les plus critiques, a remporté au travers de sa filiale SpectraTime un contrat d’étude de 8,4 M€ pour le développement et la fabrication d’un maser actif spatial.

Carnet de commandes spatiales à plus de 20 M€

Son carnet de commandes spatiales est porté ainsi à plus de 20 millions d’euros. Le contrat a pour objectif le développement et la fabrication d’une horloge atomique à hydrogène, composant critique du programme scientifique ACES (Atomic Clock Ensemble in Space) de l’agence spatiale européenne (ESA). Ce maser actif sera embarqué sur la station spatiale internationale en 2013, aux côtés d’une horloge atomique à atomes froids développée par le Centre National d’Etudes Spatial (CNES).

"Moins de cinq mois après avoir reçu un contrat de 8,3 millions d’euros pour la fourniture des horloges secondaires du système Galileo et un contrat de recherche de l’ESA d’un montant de 0,7 million pour le programme d’étude "On-Board Clock Assembly" portant sur le développement d’un prototype d’équipement spatial combinant plusieurs horloges atomiques, ce nouveau contrat confirme la position de SpectraTime comme leader mondial des fournisseurs d'horloges spatiales pour les applications scientifiques et de navigation (Compass, Galileo, IRNSS, GAIA)" explique  Jean-Yves Courtois, PDG du groupe Orolia. "Par ailleurs, ce contrat d’étude nous permettra d’offrir des futurs produits encore plus innovants pour les applications sols telles que les marchés scientifiques ou gouvernementaux ".

ACES : une mission scientifique d’ultra-haute précision

Le programme scientifique ACES, piloté par l’agence spatiale européenne et le CNES, vise à réaliser des tests d’une précision sans précédent sur la théorie de la relativité générale d’Einstein et à susciter de nouvelles applications dans les domaines du temps universel, de la navigation ou du positionnement. Cette expérience repose sur deux horloges d’ultra-haute précision :

  • Un maser actif spatial, dont le développement est réalisé par SpectraTime
  • Une horloge à atomes de Cesium refroidis par laser appelée PHARAO (Projet d'Horloge Atomique par Refroidissement d'Atome en Orbite) et développée par le CNES.

La plate-forme d’expérimentation ACES sera arrimée en position externe au laboratoire européen Columbus faisant partie de l’architecture de la station spatiale internationale (ISS). Le temps stable et précis créé par les horloges ACES sera envoyé sur Terre par le biais d’un lien de transfert temps-fréquence bidirectionnel à haute performance. Les signaux des horloges serviront à effectuer la comparaison des étalons atomiques de fréquence entre l’espace et le sol et entre divers endroits au sol.

"Le fait que le temps puisse être mesuré à très haute précision est l'essence même de l’expérience ACES. Cette nouvelle génération d’horloges offrira un référentiel d’espace-temps spatial ultra-précis ouvrant la voie à de nouvelles applications comme une nouvelle géodésie, le système de navigation Galileo de 2ème génération, et des tests de physique fondamentale (relativité générale d’Einstein et théorie des cordes)", précise Pascal Rochat, Directeur Général de SpectraTime.

Ajouter un commentaire