Orolia (Sophia) rachète l'Américain Sarbe pour 1,7 M€

Posté ven 03/06/2011 - 14:22
Par admin

Ce n'est pas tous les jours qu'une société sophipolitaine rachète une société américaine. Cela ne donne que plus de poids à la nouvelle opération de croissance externe que vient de réaliser le groupe Orolia en rachetant pour 1,7 M€, une entreprise qui fabrique des balises de détresse personnelles utilisées par les armées du monde entier.

Orolia (Sophia) rachète l'Américain Sarbe pour 1,7 M€

Après les rachats de Kannad et de McMurdo en 2009, le groupe spécialisé dans les équipements et systèmes de positionnement, de navigation et de timing pour les applications GPS les plus critiques, annonce avoir signé un accord en vue d’acquérir les actifs de Sarbe. Il s'agit d'une division du groupe américain Digital Angel, spécialiste des solutions d’identification d’animaux et des systèmes de positionnement d’urgence. Pour Orolia, l'objectif est d’étendre son activité sur le marché de la défense tout en renforçant sa présence sur le marché mondial des balises de détresse aéronautiques.

Créée en 1919 sous la dénomination Burndept, fournisseur des premières balises de détresse personnelles pour les pilotes militaires dans les années 1940, Sarbe est implantée à Londres et bénéficie d’une marque et d’une expertise mondialement reconnues dans le domaine des balises de détresse personnelles que les forces armées du monde entier utilisent dans les airs, sur mer ou sur terre. Au travers de son réseau de commercialisation, Sarbe est présent dans plus de 50 pays.

"Après les intégrations réussies de Kannad et McMurdo, ce projet d’acquisition illustre notre capacité à consolider nos parts de marché dans chacun de nos segments de marché cibles au moyen de marques et produits leaders", estime Jean-Yves Courtois, Pdg du groupe Orolia. "Outre le renforcement de notre position dans notre cœur de métier défense et aéronautique, cette acquisition va faire d’Orolia la société ayant l’une des gammes de balises de détresse (air, mer, terre et militaire) les plus larges au monde et nous imposer comme un fournisseur majeur de l’industrie, créant ainsi une nouvelle dynamique de croissance".

Des détails financiers de la transaction ont été donnés. L'opération a été structurée en vente d’actifs sans trésorerie et sans dettes. Elle s'est réalisée sur un montant de 1,5 million de livres sterling payés intégralement en numéraire (environ 1,7 M€) et a juin 2011 pour date de prise d’effet cible. "Au vu des résultats de l’exercice 2010, Sarbe pourrait potentiellement peser 3 millions d’euros de chiffre d’affaires en année pleine. Cette acquisition sera immédiatement relutive", a déclaré Jean-Yves Courtois.

Ajouter un commentaire