Qwant devient le moteur de recherche de l'administration française

Qwant logo

Qwant est devenu depuis le début de la semaine, le moteur de recherche utilisé par défaut par l'administration française. Cédric O, Secrétaire d'Etat chargé du Numérique, en avait fait la promesse lors du dernier salon Vivatech l'an dernier. Elle a été confirmée en dépit des polémiques autour du management de la société et des interférences avec Bing, le moteur de Microsoft. Conçu et développé en France, et tout particulièrement à Nice où se trouve ses équipes de R&D, Qwant devient le moteur de recherche officiel des directions des systèmes d'information (DSI) de l'État et de l'administration française qui sont appelées à l'installer. C'est la solution proposée par défaut sur les ordinateurs utilisés par les fonctionnaires.

Poursuivre les développements du coeur technologique

Pour Eric Léandri, qui a quitté hier mercredi la présidence de la société pour laisser la main à Jean-Claude Ghinozzi, "la bascule de l'Etat sur Qwant est une véritable reconnaissance qui donne raison à nos orientations technologiques et à notre choix de faire de la protection des données personnelles une valeur motrice. C'est la preuve que nous pouvons bâtir une offre technologique en France qui répond à nos enjeux de souveraineté." Le nouveau président reste dans cette ligne. Il compte "poursuivre les développements de notre cœur technologique pour renforcer encore notre qualité de produit et construire une suite de services cohérentes répondant aux attentes de nos utilisateurs".

Les bascules déjà opérées côté public et côté privé

La société rappelle par ailleurs que bien d'autres bascules ont déjà été opérées depuis 2018. Côté public, l’Assemblée Nationale, le Conseil Économique, Social et Environnemental, le Ministère des Armées, le CNES, le CEA, la Banque de France, certains services de l’Etat et Ministères utilisent Qwant au quotidien. D'autre part, 10 des 13 régions de France utilisent ou sont en cours de bascule. De nombreux départements, dont les Hauts-de-Seine, Ille-et-Vilaine, la Haute-Garonne …. ont fait le même choix. De petites, moyennes villes et des métropoles utilisent aussi Qwant par défaut à l’instar de Paris, Rennes, Nice, Toulouse, Issy-les-Moulineaux, Valence-Roman Agglo...

Côté privé, en dehors des particuliers soucieux de leur vie privée, des TPE, PME et ETI, et des groupes emblématiques ont fait le choix d’adopter Qwant par défaut : Thalès, Safran, Crédit Agricole, BNP Paribas, Caisse d’Épargne, France Télévisions, MGEN, AG2R La Mondiale, Allianz, Groupe Nice Matin, Michelin France, Bodez... Qwant, est-il estimé, représente aujourd’hui 4 à 5% du marché de la recherche en France.

"Qwant Art" et "Qwant Campus" à Cannes : le projet à l'arrêt

En mai dernier, en plein Festival de Cannes, David Lisnard, maire de la ville, et Eric Léandri, Pdg de Qwant, avaient signé un compromis de vente avec la ville pour l'achat d'un plateau de plus de 800 m2 près du marché Forville. Qwant comptait y installer ses moteurs de recherche verticaux "Qwant Art" et "Qwant Campus" et jouer les synergies avec le grand projet cannois de Cannes on Air en vue de développer une filière de contenus créatifs. Un beau projet qui a pris du retard et qui, à l'heure du changement de gouvernance, semble aujourd'hui plutôt compromis.

Alors que la signature de l'acte officiel tardait, la promesse de vente a été plusieurs fois prorogée. Le dernier prolongement menait au 31 décembre. Mais la signature n'a toujours pas eu lieu. La mairie de son côté a fait savoir que si Qwant revenait vers elle avec une proposition d’achat concrète, il serait prioritaire. Mais en attendant, la recherche d'un acquéreur va être relancée.

Étiquettes