Rencontre avec le Monsieur Courses de la Côte d’Azur : l’interview de François Forcioli-Conti

Posté mer 15/12/2010 - 15:35
Par admin

Rencontre avec le Monsieur Courses de la Côte d’Azur : l’interview de François Forcioli-Conti

 

François Forcioli-Conti, le meeting d’hiver vient de débuter, quels sont les principaux travaux que vous avez entrepris avant que les courses ne redémarrent sur l’hippodrome ?

 

Depuis que nous avions été contraints de détruire la Cité du Loup qui hébergeait une soixantaine de trotteurs, nous accueillions ces chevaux dans des conditions assez précaires et nous venons de construire un nouveau bâtiment que nous appelons « Pavillon » avec une soixantaine de boxes pour recevoir les trotteurs dans de bonnes conditions. Des boxes démontables, ce qui nous permettra de transformer ce Pavillon en un espace pour accueillir toutes sortes d’activités : salons, foires, lancements de produits en dehors des périodes de courses, soit tout de même 7 mois par an.

 

Durant l’intersaison vous avez également poursuivi l’amélioration des pistes ?

 

Nous venons d’achever la réfection et l’élargissement de la piste de trot, une opération qui ne pouvait se faire qu’en plusieurs étapes puisque les sables qu’on met en place doivent se compacter progressivement. La dernière touche de finition vient d’être réalisée pour ce meeting et la piste est désormais totalement opérationnelle. Parallèlement, nous avons entrepris de gros travaux de drainage sur les pistes en herbe afin que les courses se déroulent dans de bonnes conditions, même avec une climatologie défavorable.

 

Le meeting d’hiver débute donc sous les meilleurs auspices. Quels en seront ses temps forts ?

 

D’abord durant les fêtes, la Journée des Enfants le 26 décembre, puis le 9 janvier la grande Journée de l’obstacle en clôture du meeting d’obstacles. Le meeting de plat prendra la relève avec cette année deux étapes du Défi du galop et, le 13 février, le Championnat Méditerranéen des Jockeys de plat. Enfin bien sûr le meeting de trot avec la Journée du Prix d’Amérique où nous avons une réunion en parallèle à celle de Vincennes et, en apothéose le 13 mars, le Critérium de Vitesse qui fait partie des grandes épreuves internationales avec, nous l’espérons, la participation des chevaux qui se seront illustrés dans le Prix d’Amérique.

 

Peu avant l’été, les paris en ligne ont été autorisés. Peut-on en tirer les premières conséquences ?

 

C’est encore un peu tôt pour y voir très clair, mais, première surprise, les paris sur le foot n’ont pas vraiment rencontré l’adhésion du public. Par contre, le poker récolte lui des enjeux extrêmement importants. Concernant l’hippisme, les enjeux demeurent stables avec une progression pour l’année 2010 qui devrait avoisiner les 0,5%.

 

Il est possible que ces paris attirent à terme une nouvelle clientèle vers les courses ?

 

Personnellement je n’y crois pas et j’estime que les paris en ligne sont un danger pour l’hippisme car ils s’adressent à une clientèle de gens qui n’ont pas de formation particulière pour l’hippisme. Or, parier sur les courses est un peu compliqué. Ce n’est pas totalement un jeu de hasard. Celui qui connaît les courses améliore ses chances, mais pour les connaître il faut une certaine culture. En revanche, le poker ne nécessite pas cette culture et, comme la tendance générale est d’aller vers ce qui est facile, nous pouvons éprouver quelques craintes de ce coté là.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire