Rodriguez Group, touché par la crise, dévisse en bourse

Posté lun 17/11/2008 - 09:30
Par admin

Rodriguez Group, touché par la crise, dévisse en bourse

C'est une tornade qu'affronte ce matin en bourse le Cannois Rodriguez Group dont le titre perdait 36,88% à 2,91 euros près d'une heure après l'ouverture. Une chute libre sur des volumes de transactions inhabituellement hauts (plus de 500.000 transactions à 10 heures contre une moyenne de 50.000 quotidiens ces derniers jours !). Une plongée d'autant plus abyssale qu'il y a un an le titre atteignait encore plus de 30 euros et qu'il caracolait au-dessus des 50 euros il y a cinq ans.

 

Juillet-août et septembre ont plombé les résultats

 

La raison de cette nouvelle chute brutale en bourse de Paris ? La publication ce matin du chiffre d'affaires annuel de ce groupe, leader dans le yachting de luxe. Rodriguez Group a annoncé que son chiffre d'affaires de son exercice 2007-2008, clos le 30 septembre s’établit à 307,6 M€, en retrait de 34,2 % par rapport à l’exercice précédent. Et plus particulièrement inquiétant, c'est une contre performance au quatrième trimestre de l'exercice beaucoup plus importante que ce qu'avaient pu prévoir les analystes qui plombe littéralement les résultats, avec pour juillet, août et septembre 2008, un chiffre d'affaires de 43,1 millions d'euros contre 150 millions d'euros sur la même période l'an dernier.

 

Cet effondrement du dernier trimestre de l'exercice laisse à penser que les "ultra-riches", qui semblaient insensibles à la crise, sont désormais eux aussi touchés. D'où un risque que ce tassement des ventes se prolonge et que les difficultés s'amoncellent pour Rodriguez Group. Cité par "Lesechos.fr", CM-CIC Securities va même désormais jusqu'à estimer qu'un "risque de faillite en 2009 devient envisageable", tandis que Natixis pense que pour l'exercice 2008-2009, le groupe devra soit emprunter plus soit procéder à une augmentation de capital.

 

Toutes les activités sont à la baisse

 

Si le groupe avait jusqu'à présent surtout souffert de la faiblesse de son activité bateau d'occasion, cette fois, tous les clignotants sont au rouge. Ainsi pour les ventes de bateaux neufs qui tiraient auparavant le chiffre d'affaires. Elles ont atteint 214,7 M€ contre 308,5 M€ en 2006/2007 soit un retrait de 30,4 %. De leur côté, les ventes de bateaux d’occasion ont accentué leur chute : elles atteignent 44,5 M€, contre 105,5 M€ l’exercice précédent (- 57,7 %).

 

Même l’activité "Services et Produits Associés" qui était en progression, se trouve elle aussi, à la baisse. Elle s’établit à 48,4 M€ contre 53,8 M€ l’exercice précédent (- 10,2 %). Cela "en raison d’un été nettement moins dynamique que les années précédentes et de l’impact défavorable de l’évolution du dollar sur la conversion en euro de l’activité de Camper & Nicholsons Intl", précise le groupe. "A taux de change constant, le chiffre d’affaires Services et Produits Associés s’établit à 52,6 M€, soit un niveau comparable à celui de l’exercice précédent (- 2,4 %)" est-il ajouté.

 

Rodriguez va réduire fortement la production de bateaux

 

Rodriguez explique cette évolution défavorable par un environnement économique très perturbé auquel s'ajoute "l’intensification de la crise financière ces derniers mois, qui a affecté, de manière inédite, l’ensemble des activités du groupe". Selon ses explications, l’aggravation de la crise a conduit plusieurs clients à annuler ou reporter l’achat de leur bateau. La société a donc décidé, en concertation avec les chantiers partenaires, de réduire fortement la production 2008/2009 afin de s’adapter à cette conjoncture exceptionnelle. Côté bateaux d'occasion, l’attentisme des clients s’est encore amplifié lors du dernier trimestre de l’exercice fiscal 2007/2008. "Ceci amènera le Groupe à doter d’importantes provisions sur son stock de bateaux d’occasion, ce qui aura un impact très significatif sur les résultats", est-il précisé.

 

Le carnet de commandes cumulé (année en cours et années suivantes), qui jusqu'à présent apparaissait toujours à la hausse, est également touché bien qu'il reste fourni. Au 13 novembre 2008, il atteint 301 M€, en retrait de 28 % par rapport à celui de l’exercice précédent (416 M€). Bref, tous les ingrédients réunis pour un sérieux coup de tabac boursier !

 

Ajouter un commentaire