Saison d'été : la Côte d'Azur lance un plan com à 2 M€ !

La Côte d'Azur n'a pas tardé. Elle a dégainé son plan de relance juste après les annonces du premier Ministre ouvrant les portes des vacances en juillet et août. D'un montant "hors norme" de 2 millions d'euros ce plan co-construit par les professionnels avec le CRT et le Département s'articule autour d'une campagne de communication et de commercialisation ciblant une clientèle française qui va privilégier les vacances en France cet été.

Cote paysage mer plage

On ne pourra pas dire que la Côte d'Azur manque de réactivité. Dès l’annonce du gouvernement en fin de matinée, c'est un plan de relance hors norme de 2 millions d’euros qui a été préparé et annoncé pour soutenir la reprise d’activité des professionnels du tourisme azuréen. Ce plan avait déjà été envisagé par le tourisme azuréen, totalement impacté par la crise sanitaire. Depuis le début du mois de mars, les professionnels s'étaient en effet mobilisés pour la co-construction d’un plan de relance avec le CRT Côte d’Azur France et le Département des Alpes-Maritimes.

Cibler ces Français qui vont privilégier les vacances en France cet été

L'idée centrale était de planifier une campagne de communication et de commercialisation flexible dans le temps sur le marché français pour attirer la clientèle française qui va privilégier des vacances en France cet été. Un véritable partenariat public-privé s’est ainsi renforcé pour préparer un plan d’actions d’envergure avec un budget global de 2 millions d’euros dont 25% seront abondés par des fonds privés.

A situation exceptionnelle, budget exceptionnel

L’enveloppe de 2 millions d’euros sera dédiée prioritairement au déploiement d’actions sur le marché national, qui s’articulent autour de trois enjeux : la notoriété, la réassurance de la destination couplée à la transformation en séjours. Un scénario en deux temps a été construit.

Un plan en deux actes

L’acte 1 se concentre exclusivement sur le marché français en ciblant prioritairement la clientèle de loisirs, puis à l’automne le tourisme d’affaires (le MICE avec ses salons, congrès, incentives…).

L’acte 2 mettra en œuvre des campagnes de promotion digitale sur les marchés européens de proximité, notamment l’Allemagne, la Suisse et la Scandinavie, voire l’Italie et le Royaume-Uni puis les pays lointains selon l’évolution relative à la réouverture des marchés et des connexions aériennes.

Une campagne qui cible 10% de la population française

Pour le marché français et donc l'acte 1, le dispositif de promotion dédié au Tourisme de Loisirs visera en premier lieu à renforcer la notoriété et la visibilité de la destination. Cela se traduira par des actions de communication sur trois principaux bassins français émetteurs de clientèles pour la Côte d’Azur : le Grand Sud (Aix-Marseille-Montpellier), Paris et Lyon.

Au programme : campagne télévisée et affichage massif dans les centres-villes, stations de métro, réseaux trams, bus, gares ainsi que dans les centres commerciaux. Entre la mi-juin et le 1er juillet, c’est potentiellement 10% de la population française qui est ciblée par cette campagne azuréenne.

Le volet "réassurance de la destination" passera par des accueils de journalistes et d’influenceurs, ainsi que par des actions sur les réseaux sociaux. Troisième point, pour la "concrétisation d'achat", c'est l'ensemble des outils et des circuits qui sera activé (grands transporteurs aériens et ferroviaires, plateformes comparatives, OTA, circuits courts….).

Un effort en automne pour le tourisme d'affaires

Pour le tourisme d’affaires totalement à l'arrêt (20% du chiffre d'affaires du tourisme azuréen), l'activité est reportée, en partie seulement, sur l'automne. C'est à cette période qu'un effort majeur sera réalisé sur le marché français, pour accompagner ce segment essentiel, avec un panier moyen de dépense parfois trois fois supérieur à la clientèle individuelle et qui assure une belle activité sur les "ailes de saison", le printemps et l'automne, quand le tourisme de loisirs est beaucoup moins présent.

"Notre destination fait à nouveau preuve de sa capacité à nous mobiliser promptement"

"Notre objectif principal est d’amortir une catastrophe sociale et économique sans précédent, d’accompagner la relance de l’offre par la relance de la demande", souligne David Lisnard, président du CRT Côte d'Azur. "Notre destination fait à nouveau preuve de sa capacité à nous mobiliser promptement et à nous fédérer pour co-construire une stratégie de promotion dédiée au soutien des professionnels qui produisent de la richesse à hauteur de plus de 15% du PIB sur notre territoire et créent des emplois non délocalisables, estimés à 75 000 emplois directs et autant induits".

"Ce plan bénéficie d’un budget global de 2 millions d’euros. Nous sollicitons également au niveau français un véritable "Plan Marshall pour le Tourisme" et, à situation exceptionnelle, une implication exceptionnelle d’Atout France sur nos campagnes de promotion sur le marché domestique", ajoute-t-il. 

 

Les chiffres clés du tourisme en Côte d’Azur France 

Le marché français constitue près de la moitié de la clientèle touristique sur la Côte d’Azur. Aussi, le CRT estime que la fréquentation touristique pourrait être complétée en séduisant une grande partie des 9 millions de français - qui avaient dépensé en 2019, 10,5 milliards d’euros pour leurs séjours - et qui ne partiront pas en vacances à l’étranger cette année. A retenir aussi les chiffres-clés du tourisme azuréen : 

  • 150 000 lits (607 hôtels/82 résidences de tourisme/500 gîtes)
  • Nombre de résidences secondaires : 183.250 sur les Alpes-Maritimes (dont 47.000 étrangères).
  • 53% de la clientèle touristique est internationale.
  • 150.000 emplois directs et indirects liés au tourisme
  • Poids du tourisme sur la Côte d’Azur : 15% du PIB contre 7,2 % en France.
  • Fréquentation touristique annuelle en Côte d’Azur France : 11 millions de touristes et 70 millions de nuitées.
  • 200 000 visiteurs sont présents en moyenne.
  • Aéroport Nice Côte d’Azur : 13,85 millions de passagers en 2019. Il est le 2ème aéroport de France après Paris et dessert 122 destinations en direct dans 43 pays.
  • 55% des touristes arrivent par la route, 26% par avion, 17% par le train.