Sénatoriales : la liste LR réalise enfin son grand chelem

Avec 69,63% des suffrages, la liste LR conduite par Dominique Estrosi-Sassone emporte les cinq sièges de sénateur pour les Alpes-Maritimes. Le sénateur Henri-Leroy, ancien maire de Mandelieu est également reconduit, tandis qu'entrent au Sénat pour six ans Alexandra Borchio-Fontimp, adjointe à l'économie à Antibes, Philippe Tabarot, vice-président du Conseil Régional et Patricia Demas, maire de Gilette.

Liste LR aux Sénatoriales 2020

"La liste "Unis pour les Alpes-Maritimes" que j’ai eu l’honneur de conduire réalise ce soir un score historique en faisant entrer au sénat 5 sénateurs" a annoncé hier sur son compte Facebook Dominique Estrosi-Sassone, dès que les résultats des sénatoriales 2020 ont été connus. La liste LR en effet a réussi son grand chelem hier dimanche. Ce qu'elle n'avait pas réussi en 2008, ni en 2014 sous la bannière UMP. (Photo DR : de gauche à droite, Patricia Demas, Henri Leroy, Dominique Estrosi-Sassone, Alexandra Borchio-Fontimp et Philippe Tabarot)

Ont été élus et siègeront au Sénat pour les six prochaines années :

  • Dominique Estrosi-Sassone (élue une première fois en 2014) et Henri Leroy (ancien maire de Mandelieu a repris le mandat de Louis Nègre en 2017) dont les mandats sont ainsi renouvelés, et trois nouveaux sénateurs dont deux femmes,
  • Alexandra Borchio-Fontimp, adjointe à l'économie à Antibes
  • Philippe Tabarot, frère de Michèle Tabarot, maire du Cannet, vice-président du conseil régional en charge des Transports
  • Patricia Demas, maire de Gilette depuis 2014 et vice-présidente de la Métropole Nice Côte d'Azur en charge de la couverture numérique.

Six listes étaient en présence dans les Alpes-Maritimes pour cinq places, au choix de 2.062 grands électeurs. La liste LR a écrasé le scrutin avec 69,63% des suffrages emportant ainsi les cinq mandats de sénateur. Les cinq autres listes n'ont pas réussi la percée. En seconde position, la liste divers droite "dissidente", d'Anne Sattonnet a récolté 10,63% des voix, talonnée par la liste d'union de la gauche et des Verts d'Alain Michelis (10,48%). En dépit de leur liste commune (ce qu'ils n'avaient pas fait aux municipales), la gauche et les verts ne retrouvent pas le poste de sénateur qu'ils avaient avec Marc Daunis, ancien maire de Valbonne qui ne se représentait pas.

Le Rassemblement National de Philippe Vardon ne vient qu'en quatrième position avec 7,43%, confirmant la faiblesse de son implantation locale dans le département et donc son manque de grands électeurs. Les deux dernières listes ne prennent que quelques voix : la Liste pluraliste et humaniste des Alpes-Maritimes conduite par Henri Trompier proche de la majorité présidentielle (la dernière à se déclarer) est à 1,37%, et la liste citoyenne "Jeunesse Diversité Valeurs pour les Alpes-Maritimes" d'Imen Chérif, jeune chef d'entreprise grassoise à 0,56%.

Étiquettes

Ajouter un commentaire