Sophia accélère sur l'intelligence artificielle

Inauguration MIA

En dépit de cette rentrée atypique, Sophia appuie sur l'accélérateur dans le domaine de l'intelligence artificielle . Avant la conférence de l'Institut EuropIA, ce lundi à 17 heures, deux événements autour de l'IA se succéderont aujourd'hui sur le parvis de la Maison de l'Intelligence Artificielle que le Département a ouvert en début d'année dans d'ancien locaux du CNRS. Cette après-midi de l'IA commencera ainsi à 15 heures avec la présentation du projet Arc en Ciel qui vise à sensibiliser à l’IA 75% des collégiens du département sous trois ans.

Elle se poursuivra à 16 heures par la signature d'une convention de partenariat entre l'Université Côte d’Azur et le Parc national du Mercantour autour de l’utilisation des nouvelles technologies et de l’intelligence artificielle pour la connaissance de la biodiversité et des mécanismes écologiques. Elle se terminera ensuite par la conférence et table ronde à 17 heures sur le thème "Première Pierre : Cité de l’Intelligence Artificielle". (Photo WTM : l'inauguration de la Maison de l'Intelligence Artificielle de Sophia en mars dernier).

Sensibiliser à l'IA 75% des collégiens du Département

Présenté par le Département comme une première nationale, le projet éducatif Arc en Ciel réunit , un collège d’acteurs institutionnels (le Département, la MIA…), académiques (Délégation Académique au numérique éducatif (DANE), Délégation Académique à l’éducation artistique et culturelle (DAAC), UCA/3IA et industriels (CCI Nice Côte d’Azur, ICAIR, Cluster IA, WHAT06…), sous le leadership de Marco Landi, ancien directeur d'Apple monde et actuel président du comité d’experts du SMART Deal départemental.

Une double approche est mise en avant : théorique, pour comprendre la pensée informatique, le coding, les algorithmes…, mais aussi pratique en proposant des expérimentations et activités diverses, des cas d’usage concrets basés sur différentes thématiques (vie quotidienne, territoire, santé, culture…), conçus en collaboration avec l’écosystème IA de la Côte d’Azur, ses industries et instituts. Plusieurs formats d’apprentissage seront utilisés tels que des cours et MooC en ligne ou en présentiel, des ateliers et parcours pédagogiques virtuels ou en présentiel, ou encore des webinaires et émissions TV. La mise en œuvre est prévue dès cette rentrée.

L'IA pour mieux connaître la nature du Parc du Mercantour

La convention--cadre entre UCA et le parc du Mercantour a pour objet de créer une réelle dynamique de travail en commun en s’appuyant sur l'évolution des technologies. Côté conservation de la nature de nouveaux capteurs (bioacoustique, pièges photographiques et vidéo, émetteurs GPS) permettent d’acquérir des données en continu. Mais ils nécessitent des compétences spécifiques pour les mettre en œuvre.

Leur déploiement, de plus, génère des flux et des volumes importants de données pas forcément exploitables directement. Des algorithmes sont nécessaires pour les décoder, structurer, quantifier. L’intelligence artificielle permet aujourd’hui de traiter ce type de données mais cela reste encore expérimental dans les sciences de la conservation de la nature. Mais de nouvelles étapes peuvent être franchies. Ainsi la modélisation et les données spatialisées issues notamment de la télédétection permettent de mettre en relation les paramètres biologiques et environnementaux pour accéder à une meilleure compréhension des mécanismes biogéographiques en jeu et des évolutions spatio-temporelles.

Enfin, le séquençage de l'ADN permet de savoir à quelle espèce voire à quel individu appartient un prélèvement. Cela a considérablement fait progresser le dispositif de Capture-Marquage-Recapture pour estimer la dynamique d’une population. Le premier projet pilote qui sera lancé s’appuie sur une étude déjà engagée et dont une partie des données est disponible : l’utilisation de l’intelligence artificielle pour le traitement de données issues de pièges photographiques.

 

 

Étiquettes

Ajouter un commentaire