Sophia Antipolis : les réserves foncières de l'Etat cédées pour du logement social ?

Posté lun 10/09/2012 - 08:57
Par admin

Proposition hâtive ou virage à 180 degrés? En plaçant 95 hectares situés à Valbonne, au lieu-dit Cistes-Fond de l'Orme-Fugueiret, sur la liste des terrains que l'Etat céderait pour la construction de logements sociaux, la ministre du Logement, Cécile Duflot, a pris tout le monde de court. Annoncée sans la moindre concertation, la proposition va totalement à l'encontre de la vision d'une technopole dédiée au développement économique, vision qui prévaut depuis sa création.

Sophia Antipolis : les réserves foncières de l'Etat cédées pour du logement social ?

Sophia a été conçu avec l'idée du "Quartier Latin aux champs" qu'à mise en oeuvre Pierre Laffitte avec des entreprises, des centres de recherche et des écoles au milieu de la nature.

Renversant ! Le volet sophipolitain du projet de loi sur la cession des terrains de l'Etat, dévoilé mercredi en Conseil des ministres, a surpris tout le monde. En plaçant 95 hectares de réserves foncières de la technopole de Sophia Antipolis dans la liste des terrains que l'Etat céderait pour la construction de logements sociaux avec une décote allant jusqu'à la gratuité, Cécile Duflot a pris tout le monde de court. Un virage à 180 degrés!

95 hectares au coeur du projet Sophia 2030

Depuis la création de la technopole, l'Etat avait réservé tout un périmètre d'environ 1.200 hectares au développement économique. Pas question de construire des logements. Or le terrain de 95 hectares qui figure sur la liste publiée mercredi sur le site du ministère et retirée depuis (www.territoires.gouv.fr) se trouve au lieu-dit Cistes-Fond de l'Orme-Fugueiret. Un terrain sur la commune de Valbonne qui est situé en plein dans ce périmètre. C'est d'ailleurs autour de ce terrain à "enjeu" que trois équipes d'architectes et d'urbanistes ont planché l'an dernier dans le cadre du projet Sophia 2030. Un terrain qui porte donc toutes les potentialités de développement de la technopole dans les 20 années à venir.

Sur cet espace, les trois études réalisées envisagent bien une partie de logements. Mais il s'agit uniquement de logements pour les étudiants et les chercheurs, en liaison bien sûr avec les activités de la technopole avec ses campus et ses laboratoires. La création de logements non dédiés spécifiquement a bien été envisagée. Mais en pourtour du parc. La ZAC de la Valmasque, sur Valbonne, comporte d'ailleurs une part de logements sociaux. Aussi, sans que la moindre concertation ait été engagée, le projet de cession de terrains de l'Etat, vient en complète contradiction avec la vision, la stratégie et tout ce qui a été décidé et fait depuis la création de Sophia Antipolis, il y a plus de quarante ans.

Jean Leonetti : "Nous nous opposerons à ce qui ressemble à un ukase"

C'est cette absence de concertation et un manque de suivi des engagements de l'Etat qu'épingle Jean Leonetti (UMP), député-maire d'Antibes et président de la CASA. "La décision est précipitée. Elle va à l'encontre des engagements de l'Etat, "proteste Jean Leonetti. "Sophia qui travaille depuis des années sur son développement économique, qui a réussi à créer deux mille emplois dans les deux dernières années, voit arriver, sans concertation, un projet de réquisition de ses réserves foncières pour du logement social".

"C'est tout à fait contraire à l'intérêt général alors que nous avons réservé des terrains pour le logement social avec le PLH de la CASA (Plan Local d'Habitat) et que Valbonne, là où se trouvent les terrains concernés, est une commune qui est allée bien au-delà de ses obligations dans ce domaine. Nous nous opposerons aussi à ce qui ressemble à un ukase, une décision tombée d'en-haut, sans tenir compte de la réalité du terrain."

Pas de position officielle à Valbonne

A la mairie de Valbonne, le sénateur Marc Daunis (PS) n'a fait aucune déclaration. Mais vendredi, il a cherché à s'entretenir avec Cécile Duflot, la ministre du logement. Dans son entourage, certains font valoir que la liste des terrains de Cécile Duflot émanait d'un dossier élaboré par Jean-Louis Borloo, ministre d'un gouvernement précédent et qu'il s'agissait d'une proposition. Elle ferait partie de ce qui sera discuté prochainement en session extraordinaire du Parlement.

La "surprise" des réserves foncières de Sophia Antipolis, n'est pas la seule d'ailleurs qu'à réservé ce projet de cession de terrains de l'Etat pour le logement social (dans les Alpes-Maritimes, Antibes, Roquebrune, Théoule et Villefranche sont également concernés pour la plupart des cas pour des terrains qui étaient déjà envisagés pour le logement). Mais en Ile-de-France, par exemple plusieurs élus ont souligné l'incohérence de la liste qui comportait des terrains parfois déjà achetés. Alors, pour Sophia, proposition hâtive ? Ou véritable virement de bord ? On devrait en savoir plus dans les prochains jours.