Sophia : EURECOM au cœur du projet "Beyond 5G"

Avec le professeur David Gesbert, qui a assuré le conseil scientifique du dossier, l'école d'ingénieurs et centre de recherche en science du numérique est au cœur du projet "Beyond 5G". Il est porté par Thales avec l'Institut Mines-Télécom et a été retenu dans un appel à projet assorti d'un budget de 9 M€ sur trois ans. "Beyong 5G" vise à assurer la souveraineté de la France dans les réseaux de télécommunications et à accélérer les applications de la 5G dans l'industrie. Mais il ouvre aussi sur la prochaine étape : la 6G.

David Gesbert Eurecom

A Sophia, EURECOM était déjà dans la recherche sur la 5G. Il le sera encore un peu plus maintenant. L'école d'ingénieurs et centre de recherche en science du numérique, est au cœur du projet "Beyond 5G" porté par l'Institut Mines-Télécom dont il est l'une des filiales. Un projet qui figure parmi les quatre premiers lauréats de l'appel à projet sur la 5G lancé par le Comité Stratégique de Filière Infrastructures numériques sur le thème "Souveraineté dans les réseaux de télécommunications afin d'accélérer les applications de la 5G aux marchés verticaux". (Photo DR : David Gesbert, professeur à EURECOM).

Concevoir les usages innovants de l'industrie du futur

Pour Beyond 5G, l'IMT s'est appuyé sur les forces de recherche de ses écoles (IMT Atlantique, IMT Lille-Douai, Télécom Paris, Télécom SudParis) et notamment sur EURECOM qui a assuré la coordination scientifique de la soumission du projet global. Le projet est porté par Thales SIX GTS France (fortement implanté dans la technopole) avec Ericsson France et vient répondre à l'enjeu stratégique de la souveraineté numérique posé par la 5G. L'objectif est de positionner l'industrie sur les usages disruptifs de la 5G et ses phases suivantes. Une grande ambition assortie à un budget conséquent : 9 M€ sur trois ans pour l'ensemble des partenaires, financés en partie par l'Etat et les industriels .

Les parties prenantes du programme "Beyond 5G" travailleront ainsi de concert pendant trois ans pour concevoir des solutions techniques pour le développement de réseaux souverains et sécurisés 5G de prochaine génération, tout en concevant des usages innovants pour l'industrie du futur. La réponse de l'IMT, pour laquelle David Gesbert, professeur-chercheur à EURECOM a été conseiller scientifique, va bien au-delà de la simple amélioration technique.

Elle ouvre la voie à de multiples usages industriels reposants sur de nouvelles capacités cognitives, prédictives et contextuelles pour offrir un niveau d'expérience inédit. Les équipes du projet s'intéressent également aux développements post-5G qui seront nourris par l'introduction de technologies disruptives sous contrainte forte en matière de sécurité numérique. Et ils ouvriront aussi un pont sur la prochaine grande évolution, la 6G.

La plateforme Open5GLab d'EURECOM en vedette

Sur le volet cybersécurité, les travaux s'appuieront sur la plateforme Open5GLab d'EURECOM. Elle prendra en charge l'évaluation des solutions cybersécurité et communications avancées 5G et post 5G proposées par EURECOM, Thales, Ericsson et IMT sur une infrastructure H/W et S/W (Hardware/Software) complète avec suite logicielle OpenAirInterface, interconnexion très haut débit, licences de fréquences.

De nouvelles plateformes labellisées CSF Infrastructures numériques seront mises en place pour venir compléter le dispositif. Cette organisation autour de plateformes permettant une expérimentation rapide des travaux de R&D, participe à la constitution d'une filière télécoms/numérique française au profit des industries hexagonales qui montent en puissance, est-il indiqué.

Allier hautes performances, sécurité et moindre empreinte énergétique

"Le projet Beyond 5G, vise à faire revenir la France en tant que leader dans la 5G", explique David Gesbert. "Parmi ces objectifs : assurer en même temps les hautes performances et la sécurité avec notamment des systèmes robustes aux attaques quantiques, intégrant les communications satellitaires. Les efforts porteront aussi sur l'aspect "green", c’est-à-dire des performances tout en réduisant l'empreinte énergétique. Cela permettra de faire évoluer la 5G au fil des "releases" annuelles ou bisannuelles et de monter vers la 6G à l'horizon 2030".

Une 6G qui devrait offrir toutes les promesses de la 5G rêvée avec une forte présence d'Intelligence Artificielle, les potentialités de la réalité virtuelle, de l'immersion totale odeurs comprises, des réalisations de type holographique avec un interlocuteur ou des scènes 3D...

Étiquettes
Dossiers

Ajouter un commentaire