Sophia : FlexFuel Energy Development pourrait s'élargir au maritime

FlexFuel Energy Development, qui s'est développée sur le créneau de la lutte contre la pollution automobile, pourrait étendre son activité au secteur maritime, lui aussi passablement polluant. La startup de Sophia Antipolis a connu une belle montée en puissance en dix ans sur le marché français en s'attaquant à la dépollution des moteurs à combustion en atelier par une technique d'injection d'hydrogène dans le circuit d'admission d'air des véhicules.

En nettoyant ainsi le moteur, elle permet une réduction nette de la consommation de carburant. Au vu de son potentiel et de ce qu'elle peut apporter dans le domaine de l'environnement, la société, qui s'est fait également connaitre pour ses boîtiers de conversion au superéthanol (E85), a été récemment intégrée dans le French Tech 120.

Mais au-delà de l'automobile, sa technique peut être aussi adaptée aux moteurs des bateaux. C'est ce que pense la Délégation Générale de l'Armement qui cherche à l'adapter pour la flotte militaire. La DGA mène ainsi des tests en ce sens à Toulon, tests qui pourraient ouvrir un nouveau secteur d'activité prometteur pour FlexFuel. Une start-up déjà en pleine lancée : 20 M€ de chiffre d'affaires en 2019 avec 85 personnes et de fortes perspectives de croissance à l'international sur les marchés allemand et américain avec une perspective de 55 emplois supplémentaires cette année à Valbonne.

Tags