Sophia : Philips Semiconductors recrute pour l'UMTS

Posté mer 16/02/2005 - 00:00
Par admin

La division semiconducteurs du géant européen de l'électronique lance le recrutement de 110 postes d'ingénieurs UMTS dont une quinzaine pour son site de Sophia Antipolis. Un site qui, après un léger creux en 2003, remonte en puissance sur Bluetooth et aujourd'hui l'UMTS.

Sur le stand de Philips, au 3GSM World Congress de Cannes, une annonce de recrutement est affichée : Philips, pour sa division Semiconductors, recrute une centaine de postes sur l'UMTS. Le décollage de la téléphonie mobile de troisième génération a poussé la demande de puces adaptées. Philips, fournisseur mondial de semiconducteurs, est l’un des leaders sur le marché des solutions systèmes pour la téléphonie mobile. Cette position le géant européen de l'électronique entend la confirmer en renforçant le développement des plateformes de 3e génération. C'est dans cet objectif, que la division Semiconductors de Philips recrute aujourd'hui.Des postes à pourvoir…en ligneUne centaine de postes d’ingénieurs en électronique et informatique sont ouverts en Europe (France, Allemagne, Hollande) et en Inde (Bangalore). Mais la majorité de ces postes sont à pourvoir dans les principaux centres de conception en France : Le Mans, Sophia Antipolis et Caen. A Sophia même, une quinzaine de postes sont ainsi ouverts (47 au Mans). Ces postes s’adressent aux ingénieurs expérimentés (minimum 2 ans d’expérience) et ayant une bonne connaissance des normes de téléphonie mobile GSM/GPRS/EDGE, et plus spécifiquement UMTS. Les offres couvrent une large palette de compétences métiers : développement de test, logiciel, intégration système, validation, support technique,… Pour consulter les offres : www.philips.fr, rubrique ‘Offres d’emploi’. Le dépôt des candidatures se fait directement en ligne.En France, Philips Semiconductors est représenté par 4 centres de conception : Caen (1200 personnes dont 300 en production), Le Mans (200 personnes), Sophia Antipolis (330 personnes) et Crolles (200 personnes). Les établissements de Caen, Le Mans et Sophia Antipolis sont spécialisés dans le design et le marketing de solutions avancées pour l’électronique grand public et la communication mobile. Le site de Crolles est issu d’un partenariat entre STMicroelectronics et Freescale et est spécialisé dans la conception des procédés technologiques avancés.L'activité connectivité Bluetooth regroupée au Font de l'OrmeChez Philips Semiconductors Sophia, la reprise des embauches se poursuit ainsi depuis le léger creux du second semestre 2003. Une équipe RF (Radio Fréquence) d'une quinzaine de personnes avait alors été supprimée, réduction de postes en partie seulement compensée par l'arrivée de huit personnes venant de Gemplus à la Ciotat, dans le domaine de l'identification et de la sécurité. En 2004, les recrutements ont repris et ont fait monter les effectifs à 330 personnes (dont une vingtaine de consultants). Près de vingt postes ont été ouverts sur le Bluetooth.Cette activité de connectivité Bluetooth actuellement en pleine expansion à Philips Sophia a conduit à un regroupement dans d'autres bâtiments : ceux que Philips occupe dans la ZAC du Font de l'Orme, côté Mougins. Une cinquantaine de salariés travaillant sur le Bluetooth y seront regroupés à partir d'avril, les locaux de la route des Lucioles devenant trop petits. Quant à l'activité connectivité UMTS (Sophia est spécialisée dans le "base band", les circuits imprimés qui constituent le cœur des mobiles), elle devrait pousser Philips Semiconductors Sophia à la hausse de ses effectifs en 2005 avec en vue une montée à 350 personnes. La bonne santé retrouvée de Philips (un profit de 2,8 milliards d'euros dégagé sur l'exercice 2004) bénéficie ainsi à la technopole. Une bonne nouvelle. Enfin.

Jean-Pierre  Largillet

Ajouter un commentaire