"Sophia s'ouvre aux projets": 66% des participants ont retrouvé une activité

Posté mar 13/07/2004 - 00:00
Par admin

Sur les 35 stagiaires de cette opération "emploi" pilote, lancée en décembre dernier par la Telecom Valley, 23 ont retrouvé une activité professionnelle. C'est ce qui ressort du bilan, présenté lundi à Valbonne, par les partenaires institutionnels, administratifs et associatifs.

Un succès pour l'opération pilote "Sophia s'ouvre aux projets", lancée en décembre dernier par l'association Telecom Valley avec des partenariats institutionnels et administratifs : c'est ce qui ressort du bilan effectué hier matin, lundi, à Valbonne, à l'invitation de Marc Daunis, le maire (la commune de Valbonne s'est beaucoup investie dans l'opération). Pour cette "première", les objectifs de départ ont en effet été largement dépassés. Alors que certains partenaires du projet tablaient sur la réinsertion de 30% des candidats, et d'autres plus optimistes sur 60%, ce sont en fait 66% des candidats qui ont retrouvé une activité. Sur les 35 stagiaires, 23 personnes ont ainsi pu reprendre une activité professionnelle : 13 en contrat de travail (CDD et CDI), 9 ont crée leur entreprise (ou portage salarial), et une dernière personne a enfin trouvé une solution à moyen terme. Les autres candidats restent suivis par l'Espace Emploi de Valbonne. L'expérience qu'ils ont vécue a cependant aidé à les sortir de leur isolement, à reprendre confiance en eux et à les redynamiser dans leur recherche d’emploi.L'idée de départ de "Sophia s'ouvre aux projets" était simple. Elle partait d'un double constat : d'un côté des cadres au chômage qui ne retrouvent pas d'emploi sur un marché du travail sophipolitain toujours déprimé; de l'autre des entreprises qui ont dans leurs cartons des projets "dormants" qu'elles ne peuvent financer faute d'une trésorerie suffisante pour embaucher. Tout le travail des partenaires (Assedic, URSAFF, ANPE, DDTE, espace Emploi de Valbonne, Cicom Organisation) aura été de faire en sorte que les cadres en recherche puissent réveiller ces projets dormants et permettre, en amorçant la pompe, d'assurer en quelque sorte le financement de leur emploi.Sur cette base, trente-cinq postes avaient été ainsi ouverts pour six mois dans des entreprises de la Telecom Valley. Il était précisé que les demandeurs d'emplois continuaient à percevoir leurs indemnités de chômage réglées par les Assedic, tandis que les entreprises concernées bénéficiaient d'un coup de pouce au lancement de leur projets dormants, le contrat moral étant d'embaucher le "stagiaire" à la fin des six mois, si le projet générait des revenus suffisants. Des formules d'accompagnement avec séances de formation et de coaching étaient également prévues tout au long du parcours (voir l'article SN.com "Emploi : Sophia s’ouvre aux Projets présenté ce matin").L'opération d'abord avait séduit : plus de 170 candidats, souvent avec des "bagages" et une expérience d'un niveau remarquable, s'étaient portés volontaires, préférant, à indemnité égale, se lancer dans une activité plutôt que de rester chez eux. En bout de course, le résultat est d'autant plus intéressant que le marché du travail reste tendu. Au vu de ce succès, les différents partenaires ont tous exprimé, lors de ce bilan, leur volonté de renouveler cette opération et de l’intégrer comme une offre de services permanente parmi les mesures pour l’emploi. L'opération, que les partenaires comptent donc pouvoir reconduire sur Sophia à la rentrée de septembre, pourrait également être lancée sur d'autres bassins de travail tels que Grasse ou encore Carros.

Ajouter un commentaire