"Sophia s'ouvre aux projets" s'engage dans une nouvelle étape

Posté lun 19/02/2007 - 07:10
Par admin

"Sophia s'ouvre aux projets" s'engage dans une nouvelle étape

Ce n'est pas une énième opération de retour à l'emploi. Il suffit d'écouter ceux qui y ont participé, cadres en recherche ou chefs d'entreprise pour s'en convaincre. "Sophia s'ouvre aux projets", dont le bilan sur trois ans a été présenté mercredi dans la technopole par Marc Daunis, maire de Valbonne Sophia Antipolis, conseiller régional et l'ensemble de ses partenaires, peut-être mis à part dans l'arsenal de lutte contre le chômage. D'abord il s'agit d'une initiative originale et concrète qui casse les structures souvent figées et étanches des administrations. Ensuite le principe même est séduisant. Son credo, c'est "Créons de la valeur, créons de l'emploi". L'ordre n'est pas anodin. La création de richesse est bien mise en avant alors qu'on parle souvent d'abord de création d'emploi en espérant créer de la valeur.

 

Un taux de réussite de 87% sur trois ans

 

Et puis, autre bonne raison d'apprécier : l'opération, mise en œuvre par des passionnés venus des mondes croisés des associations, des entreprises et des administrations s'est révélée très efficace. En trois ans, 115 candidats ont effectué le stage de six mois d'activation de projets dormants en entreprise. Sur les 115, une centaine ont retrouvé le chemin de l'emploi, soit à travers un CDI (contrat à durée indéterminée), soit par des CDD (Contrat à durée déterminée) ou encore en créant leur propre entreprise. Cela donne 87% de succès sur les trois ans et plus de 90% si l'on exclut la dernière session qui s'est terminée il y a moins de deux mois.

 

Quelques mots pour rappeler ce qu'est "Sophia s'ouvre aux projets". Suite à l'explosion de la bulle Internet, Sophia s'est retrouvé en 2002 avec un grand nombre de cadres chômeurs. La commune de Valbonne avec son Espace Emploi, l'association Telecom Valley et le centre européen d'entreprise Cicom Organisation ont alors pris le problème à bras le corps. Ils ont initié ce dispositif expérimental et ont réussi à convaincre d'y participer la région PACA, l'Assédic, l'ANPE et la Direction départementale de l'Emploi et de la Formation professionnelle. Grâce à un montage innovant, les cadres au chômage pouvaient continuer à percevoir leurs indemnités tout en réactivant un projet dormant dans une entreprise. Ils retrouvaient ainsi une activité, un réseau et créaient en quelque sorte leur propre emploi.

 

L'opération reprise au niveau de la CASA (Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis)

 

Désormais le dispositif est bien sur les rails. L'opération est aussi appelée à évoluer. Cette année, elle sortira du laboratoire de la technopole et sera étendue à toute la CASA (Communauté d'agglomération Sophia Antipolis) à travers la Maison de l'Emploi que la communauté a mise sur pied. Plus que sur les cadres informaticiens dont le problème du chômage s'est nettement résorbé depuis 2002, l'effort sera porté sur les jeunes diplômés et sur les seniors.

 

Déjà reprise dans plusieurs autres régions françaises, elle devrait être également exportée dans plusieurs pays d'Europe suivant une charte établie à Sophia Antipolis. Il s'agit en effet, comme le note Jean Marc Bournazel, Adjoint au Maire de Valbonne, délégué au Développement Economique, de ne pas perdre l'esprit de Sophia s'ouvre aux projets. Plusieurs pré-requis sont nécessaires. Il faut que les entreprises soient "sincères". C'est-à-dire qu'il s'agisse bien de projets "dormants" (non de création de postes pouvant être assurés de manière traditionnelle) et que le candidat soit embauché si le projet se montre économiquement viable. Il faut établir aussi un partenariat solide entre les collectivités, les associations et les administrations. Enfin, le bassin d'emplois dans lequel l'opération est envisagée doit permettre cette création de valeur qui est le moteur de "Sophia s'ouvre aux projets".

 

Mais désormais une nouvelle étape est engagée. Avec plus que jamais un message d'espoir à la clé : oui l'effroyable gâchis de talents du chômage peut être évité; oui, quand on travaille ensemble, tout est possible.

 

Ajouter un commentaire