Technologies de rupture : UCA à fond dans la French Tech du quantique

UCA réseaux quantiques

Bien dans le domaine d'excellence scientifique d'Université Côte d'Azur, le plan national quantique présenté à Saclay hier, jeudi, par le président de la République Emmanuel Macron. UCA participera aussi pleinement pour que la France devienne l’un des leaders mondiaux des technologies quantiques. Les travaux de recherche menés au sein de l’Institut de Physique de Nice (Université Côte d’Azur, CNRS) et soutenus par l'initiative d'excellence UCAJEDI, vont pouvoir contribuer largement à cet effort national.

UCA fait ainsi partie du groupe UDICE, le collectif des 10 universités françaises intensives en recherche œuvrant pour une recherche d’excellence, la performance de l’enseignement supérieur, et le développement d’écosystèmes d’innovation attractifs en France et en Europe qui sont prêtes à relever le défi et à accélérer la consolidation d’une French Tech du quantique. La communication quantique est désormais un des nouveaux programmes de recherche et d'innovation stratégiques d'Université Côte d'Azur, soutenu par l'Initiative d'Excellence UCAJEDI.

UCA développe ainsi le Projet Quantum@UCA, avec des réseaux de communication quantiques hybrides basés sur des solutions fibre et satellite. Il s'agit de mettre en place une plate-forme expérimentale unique dédiée au déploiement de technologies de communication quantique. Au sein d’un tel réseau quantique, les informations sont générées avec des débits de bit élevés, elles sont distribuées, manipulées, mesurées et distillées au niveau quantique, puis traitées, vérifiées et établies au niveau classique entre 3 sites distants (Nice-Valrose, Nice- Campus -La Plaine du Var- et SophiaTech). Grâce à de véritables protocoles de cryptographie quantique, un haut niveau de sécurité dans les échanges de données est atteint.

Quantum @UCA bénéficie de l’implication de grandes entreprises comme Orange et Accenture. Les applications spatiales font également partie de la feuille de route afin d’élargir la portée de la communication quantique pour connecter et synchroniser les réseaux quantiques locaux en fibre optique, comme Paris Centre et Côte d’Azur. L’idée est d’exploiter les stations au sol et les systèmes aéroportés tels les CubeSats. Sont également impliqués l’Observatoire de la Côte d’Azur, Sorbonne Université, l’Université Grenoble Alpes, Thales Alenia Space et le CNRS. Le partenaire principal est l’Institut de Physique de Nice (INPHYNI, Sébastien Tanzilli et son équipe).

Étiquettes

Ajouter un commentaire