Téléchargements illégaux : les copieurs sont aussi les plus gros payeurs...

Posté jeu 22/12/2005 - 00:00
Par admin

Une étude de l'association UFC Que Choisir fait ressortir que les utilisateurs de plateforme P2P appartiennent à toutes les catégories sociales, qu'ils sont de gros acheteurs de CD et DVD et qu’ils seraient prêts à payer pour accéder à des services de téléchargement.

L’Université de Paris XI et l’UFC-Que Choisir viennent de rendre publique une étude inédite qui décrit et analyse les pratiques de copiage des internautes en France. Réalisée à partir d’un échantillon national de 4000 personnes, cette étude, qui n’a pas d’équivalent ni France et ni en Europe, permet de mieux comprendre et d’expliquer les usages et les comportements des internautes et par la même occasion de faire tomber certains a priori sur les conséquences de ce type de pratiques sur l’économie des industries culturelles.Du point de vue du profil des copieurs, il apparaît selon cette étude que les utilisateurs de réseaux peer to peer sont de toutes catégories sociales. Près de 11 millions d'internautes en France téléchargent de la musique sur Internet, soit plus de 40% du nombre total d'internautes en France. Les facteurs explicatifs du copiage sont également très divers : un effet d'imitation et de contagion sociale, l'accès à une diversité culturelle plus importante, le prix perçu des originaux, les compétences informatiques et dans une moindre mesure, le niveau d'études.Du côté des dépenses culturelles, cette étude montre qu’il existerait une relation particulière entre le copiage P2P de musique ou de films et les achats de biens culturels. Il ressort en effet que les achats de CD et de DVD ne sont pas affectés par l'intensité du copiage sur les réseaux P2P et que l'intensité de copiage de musique s'avère un facteur favorable aux achats de CD et de DVD. Les copieurs assidus s'avèrent être également, en proportion, les plus gros acheteurs de CD et de DVD.Par ailleurs, les internautes ne rechigneraient pas forcément à ouvrir leur porte-monnaie pour accéder à des services de téléchargement. L’enquête révèle que les utilisateurs de réseau peer to peer seraient prêts à payer en moyenne 6,66 euros pour la musique, 8,44 euro pour les films et 12,62 euros pour les deux. Des prix qui restent toutefois bien inférieurs aux prix actuels. Pour l’UFC Que choisir cette différence montre que les consommateurs estiment le prix actuel des originaux comme trop élevé."L’étude permet de largement relativiser les a priori qui circulent sur les pratiques de copiage : les conséquences économiques graves ou l’atteinte à la diversité culturelle", conclut l’association de consommateurs. Une étude qui vient aussi renforcer son opposition aux principales dispositions du projet de loi DAVSI, une loi très controversée sur les droits d'auteur en ligne, qui est actuellement examinée par les députés.

Ajouter un commentaire