Télécoms : deuxième chance pour la PlatCom…avec le pôle SCS

Posté jeu 30/09/2010 - 12:00
Par admin

C'est un nouveau départ pour le grand projet de Plate-Forme Télécom qui intéresse tout particulièrement le high tech azuréen. La plate-forme d’innovation PFT, labellisée par le pôle mondial SCS (Solutions Communicantes Sécurisées), fait partie des 17 projets de plates-formes d’innovation dont l'Etat a annoncé ce matin la pré-sélection. Ces 17 projets ont été retenus parmi 39 initiatives soutenues par les pôles de compétitivité et présentées dans le cadre d’un deuxième appel à projets dédié aux plates-formes d’innovation ouvert le 31 mars 2010 et clos le 18 juin dernier.

 

Un premier projet de PFT à revisiter

 

Initié et porté par Telecom Valley, le projet de Plate-Forme Télécom avait pourtant déjà franchi une première fois cette phase de pré-sélection au tout début 2009. Fin mai 2009, l'association avait alors déposé le dossier finalisé à la Direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services (DGCIS) pour obtenir le dernier feu vert. En décembre, toutefois, patatras : ce feu vert n'est pas obtenu.

 

Le projet, qui représentait alors un budget de 30 M€ sur trois ans, n'est pas recalé, certes. Mais il est demandé de le revisiter. Il s'agit de faire en sorte que la PFT soit "auto-suffisante" d'ici à 3 ans. C'est-à-dire puisse continuer à tourner et à se développer sans les aides à l'issue de cette période. D'autre part, entre temps, HP qui fournissait une des "briques télécoms" essentielles s'était retiré et il fallait trouver soit un remplaçant, soit réorienter la plate-forme. Autre point notifié : s'assurer de l'obtention par l'ARCEP des fréquences nécessaires pour les réseaux mobiles de nouvelle génération (3G+, 4G, LTE), le cadre légal se trouvant alors en cours de révision. Le projet était donc à retravailler en collaboration avec le Pôle SCS qui l'avait labellisé.

 

Le dossier de la PlatCom désormais sous l'aile du Pôle SCS

 

Mais c'est finalement le pôle SCS qui redéposera le dossier et qui a aujourd'hui toutes les chances de le faire aboutir. Ce que tout le monde souhaite évidemment. Mais le changement de mains n'a pas manqué d'alimenter quelques frustrations, côté Telecom Valley qui avait engagé d'importantes ressources en terme de temps et de budget pour porter le projet sur les fonts baptismaux. La "PlatCom", telle qu'elle vient être de nouveau pré-sélectionnée, vise à mettre à la disposition des acteurs industriels souhaitant développer ou valider de nouveaux produits, les infrastructures télécom les plus récentes, accompagnées d'outils de développement, de test et d'évaluation.

 

Elle se focalisera sur les deux axes innovants et convergents que sont "les réseaux et services mobiles du futur" et les "applications, composants, réseaux M2M et Objets communicants" en intégrant diverses technologies comme le haut débit mobile (4G/LTE), les infrastructures applicatives (IMS), la TV mobile, les terminaux mobiles, les réseaux et capteurs sans fil faible portée, les applications de gestion d'objets communicants etc. Un programme qui couvre bien le champ des entreprises de la Telecom Valley azuréenne engagées dans la course planétaire aux nouvelles technologies mobiles.

 

 

Un nouvel outil en faveur du développement des entreprises et de l'innovation

 

Présélectionnés pour leur caractère innovant et leur potentiel économique, ces 17 projets vont bénéficier d’un accompagnement financier pour la réalisation d’études d’ingénierie de projet approfondies, avant décision définitive de sélection, précisent les différents ministères concernés dans un communiqué commun. Les projets sélectionnés bénéficieront alors d’une subvention de l’Etat dans le cadre de financements annuels de 35 M€ réservés à cette fin.

 

Les collectivités territoriales et l’Union européenne, par l’intermédiaire des fonds européens, devraient également apporter leur soutien financier à ces initiatives. La Caisse des Dépôts souhaite également soutenir ces projets structurants, tant comme investisseur immobilier que comme investisseur au sein des structures d’exploitation et de gestion de ces projets, dès lors que leur viabilité économique est assurée par des ressources pérennes.

 

Les plates-formes d'innovation, en faveur desquels l’Etat avec l’appui de la Caisse des Dépôts a consenti un effort financier important, représentent un nouvel outil en faveur du développement des entreprises et de l’innovation. Ces structures de mutualisation d’équipements de haute technologie et de services associés à destination principalement des entreprises, petites et grandes, sont destinées à mener à bien des projets de recherche et développement à fortes retombées économiques, pouvant aller jusqu’à la phase de pré-industrialisation. Cet outil est venu renforcer la politique nationale des pôles de compétitivité menée depuis 2005.

 

 

Ajouter un commentaire