Thales Alenia Space salue la fin de mission du satellite GOCE

Posté mar 22/10/2013 - 08:17
Par admin

GOCE termine sa mission en beauté ! souligne le constructeur cannois. Lancé en 2009, "Gravity Field and Steady State Ocean Circulation Explorer" est parvenu à collecter des données du champ gravitationnel terrestre avec une précision sans équivalent. Construit par Thales Alenia Space pour le compte de l’Agence Spatiale Européenne (ESA), le satellite s’autodétruira en rentrant dans l'atmosphère

Thales Alenia Space salue la fin de mission du satellite GOCE

Le satellite scientifique GOCE (Gravity Field and Steady State Ocean Circulation Explorer) vient d’achever sa mission après plus de 4 ans et demi de vie en orbite. Il s’agit du satellite le plus sophistiqué qui soit parvenu à collecter des données du champ gravitationnel terrestre avec une précision sans équivalent souligne Thales Alenia Space qui l'a construit pour le compte de l’Agence Spatiale Européenne (ESA). GOCE a également dressé une carte de la surface de référence de notre planète (le géoide), permettant aux scientifiques de mieux comprendre les océans et le climat. Un satellite qui s’autodétruira au cours de sa phase de rentrée atmosphérique, depuis sa dernière position orbitale opérationnelle située à 229 kilomètres d’altitude après avoir dépassé son espérance de de vie initiale de 35 mois.

Lancé le 17 mars 2009, depuis le Cosmodrome de Plesetsk en Russie du Nord, GOCE a fourni la toute première cartographie mondiale haute résolution du champ gravitationnel terrestre, qui a été fortement utilisée pour des applications en océanographie, géophysique, géodésie, glaciologie et climatologie.

Le constructeur cannois a été le maître d’œuvre de GOCE pour la conception, la construction, l’intégration et les tests du satellite. L’établissement de Cannes avait développé par ailleurs le gradiomètre électrostatique sophistiqué qui constituait l’instrument principal de la mission et assurait les mesures du champ gravitationnel terrestre. L’établissement Thales Alenia Space de Milan avait produit le récepteur GPS qui avait permis de déterminer la position orbitale du satellite au centimètre près, permettant ainsi de réaliser des mesures du champ gravitationnel terrestre avec une extrême précision.

D’autres contributions à très forte valeur ajoutée avaient été réalisées par l’établissement turinois de la société : il s’agit du contrôle d’attitude et d’orbite doté d’un système de compensation de la traînée atmosphérique résiduelle; du simulateur capable de générer des données équivalentes à celles attendues par la mission et d’estimer les performances en orbite ; et de l’ordinateur de bord.

De plus, Thales Alenia Space avait assuré la coordination des contributions apportées par les partenaires européens du programme, dont  Astrium qui avait fourni le module de service du satellite et l’ONERA, le laboratoire français de recherche aérospatiale, qui avait développé les accéléromètres dédiés au gradiomètre de GOCE.