Theralpha (Sophia) : 2,55 M€ pour un médicament contre la douleur

Posté mar 06/09/2011 - 06:29
Par admin

Spin-off de l'IPMC, la biotech sophipolitaine dirigée par David Dellamonica disposera de moyens supplémentaires pour développer un nouveau médicament contre la douleur aigue à partir de venin de cobra royal. Ce soutien a été obtenu à travers le programme SubAlgic qui vient d'être labellisé par le Pôle Eurobiomed dans le cadre du douzième FUI (Fonds Unique Interministériel).

Theralpha (Sophia) : 2,55 M€ pour un médicament contre la douleur

La bataille pour mettre au point de nouvelles thérapies contre la douleur va pourvoir s'intensifier pour Theralpha. La jeune biotech sophipolitaine, sortie des recherches de l’IPMC (Institut de Pharmacologie Cellulaire et Moléculaire, CNRS) à Sophia Antipolis, va disposer de moyens supplémentaires. Elle vient de recevoir un soutien financier de 2,55 M€ pour le développement d’un nouveau médicament contre la douleur.

Un médicament dérivé d'une toxine présente dans le venin du cobra royal

La prise en charge de la douleur aigue reste une préoccupation permanente au sein des unités de soins. Sur l’ensemble des consultations d’urgences, 50 à 60% des malades arrivant dans ces services se plaignent de douleurs. Le traitement de ces douleurs représente un besoin médical non (ou mal) satisfait. C’est également une préoccupation mise au rang de priorité dans les plans des établissements hospitaliers.

Ce nouveau médicament, qui vise à combler un besoin universel, a pour nom de code THA903. C'est un antalgique à fort potentiel, dérivé d’une toxine présente dans le venin du cobra royal. Un "peptide" qui a déjà montré une grande efficacité et une excellente tolérance lors d’essais précliniques sur des modèles animaux après administration sublinguale (médicament administré sous la langue jusqu'à dissolution complète). Le nouveau médicament devrait permettre de faciliter le traitement des douleurs aiguës. THA903 présente entre autres la particularité de ne pas entrer en interaction avec les récepteurs opioïdes et de pouvoir être administré de manière sublinguale.

SubAlgic sélectionné dans le cadre du 12ème Fonds Unique Interministériel

Le soutien financier a été accordé dans le cadre du programme SubAlgic. Consortium collaboratif de R&D dirigé par Theralpha, il est composé de Synprosis, une société localisée à Aix-en-Provence et spécialisée dans la synthèse, la formulation et l’optimisation des peptides, de l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (IPMC, Sophia Antipolis), un centre mondialement connu pour ses recherches en neuroscience, et du Centre d’Investigation Clinique de Clermont Ferrand, l’un des leaders européens des essais cliniques sur la douleur. Programme de trois ans destiné à mettre en place le développement préclinique et clinique du THA903, SubAlgic est labellisé par le Pôle de Compétitivité Eurobiomed, dans le cadre du douzième FUI (Fonds Unique Interministériel). Il est également soutenu par le Conseil Général des Alpes-Maritimes, la région PACA, la Communauté du Pays d’Aix en Provence et Clermont Communauté. Son financement atteint ainsi un total de 2,55 M€.

PDG de Theralpha, David Dellamonica a accueilli évidemment ce soutien avec enthousiasme. "Nous sommes extrêmement fiers d’avoir été sélectionnés dans le cadre du douzième FUI et d’avoir reçu cet important support permettant le développement de notre candidat médicament THA903, avec le soutien et la collaboration d'experts clés. Beaucoup de patients souffrant de douleur diverses ont besoin de nouvelles options de traitement", déclare-t-il.

L'émergence d'une nouvelle classe thérapeutique

Le professeur Claude Dubray, MD, PhD, directeur du CIC de Clermont Ferrand, met en avant l’émergence d’une nouvelle classe thérapeutique. "De plus, THA903 n’est pas un dérivé opioïde, dont les problèmes de tolérance et d’effets secondaires, tels la dépression respiratoire ou les problèmes gastro-intestinaux induit par les opioïdes, sont bien connus. Nous allons mettre en place un modèle spécifique pour THA903 (translationnel multiarray), afin de rendre évident le plus tôt possible au cours des études de la Phase I, le potentiel pharmacodynamique de ce nouveau médicament."

Jean-Pierre Salles, PDG de Synprosis, rappelle quant à lui le rôle joué par le Pôle Eurobiomed. “Nous possédons tous les outils et les compétences nécessaires afin d’évaluer le potentiel thérapeutique de THA903. Ceci n’aurait pas été possible sans l’important support du Pôle Eurobiomed, qui a contribué à la création d’un environnement favorable à l’innovation". Directeur de projets chez Eurobiomed, le docteur Michel Kaczorek ajoute que "le programme SubAlgic est le témoin de la vitalité du Pôle Eurobiomed. Il réunit des partenaires de grande qualité autour de thèmes clés, qui se trouvent au coeur de nos intérêts principaux".

Ajouter un commentaire