Tourisme : vers un nouvel été record !

Posté mar 06/07/1999 - 00:00
Par

Plus de trois millions de touristes attendus sur la Côte d'Azur de juin à septembre. Avec, comme tendance de fond, une forte poussée de la clientèle américaine, anglaise et scandinave


La Côte d'Azur va terminer la décennie mieux qu'elle ne l'avait commencée. L'an dernier, déjà, son tourisme avait retrouvé les sommets. Mais cet été, après un fantastique mois de juin, c'est vers un nouveau record qu'elle devrait s'acheminer avec plus de trois millions de touristes attendus.

Résidences de tourisme à 95% !
'L'an dernier, nous avions pensé vivre le plus bel été depuis la guerre du Golfe,remarque Elisabeth Lara de la SEMEC (Société d'économie mixte des événements cannois). Mais cette année, la saison estivale s'annonce encore meilleure'. A Cannes, déjà, le mois de juin, a été meilleur que l'an dernier, une année pourtant forte. Les hôtels ont connu un taux d'occupation de 70%, chiffre qui n'avait pratiquement jamais été atteint à cette période. Les palaces (plus de mille chambres, soit près du quart du parc hôtelier cannois) ont même réussi un score de 85%. Au vu des réservations, les mois de juillet et d'août, devraient eux aussi égaler sinon dépasser, les records d'un été 1998 porté par la vague de la Coupe du monde de football.
Des perspectives presque euphoriques que l'on retrouve sur toute la Côte d'Azur, de Saint-Tropez à Menton, en passant par Nice et Monaco. Dans les résidences de vacances les taux d'occupation devraient atteindre les 95% dans les deux prochains mois (85% et 93% en juillet et août 1998). L'hôtellerie devrait gagner deux à trois points encore (80 % en juillet et de 90 % en août).

Plus de 60% de touristes étrangers
Les tendances de l'été? 'D'abord une accentuation des grandes poussées de l'été dernier,note Dominique Charpentier, directeur du Comité régional du tourisme Nice Côte d'Azur. Les Anglais, Américains et Scandinaves reviennent en force. Les Russes sont un peu moins nombreux mais cette clientèle n'a pas disparu. Ensuite, une confirmation de l'intérêt pour le culturel avec une participation en hausse aux manifestations touchant à la culture et au patrimoine. Enfin, un attrait du moyen et arrière pays qui s'affirme. Nous sommes ainsi en avance d'un mois sur les réservations dans le moyen et haut pays par rapport à l'an dernier qui était déjà une année record'
Autre tendance, côté clientèle : un poids toujours plus accentué de la clientèle étrangère. La clientèle française qui pourtant progresse, représentait 50%, il y a encore un an et descend à moins de 40% actuellement. Le marché français est devenu secondaire par rapport au marché étranger qui dépasse les 60%,estime Michel Tschann dont l'hôtel, le Splendid (4 étoiles) recense 88% de touristes étrangers! C'est une de nos faiblesses aujourd'hui. Nous réussissons mieux sur le marché américain ou scandinave que sur le marché français. Il faut que nous pensions à mieux représenter la côte en France.'

Le grand renouveau
Le tourisme azuréen, qui avait repris des couleurs depuis deux ans, rayonne cette fois. Loin des grises mines du milieu des années 90 quand, devant des taux d'occupation qui baissaient, les médias nationaux vantaient une Bretagne 'in' et brocardaient une Côte d'Azur 'out', clinquante et ringarde. Le démenti est cinglant. En deux ans, les taux d'occupation de l'hôtellerie, ont augmenté de plus de dix points, passant de 57,2% à 68,5%. Une remontée d'autant plus intéressante qu'elle n'est pas jugée conjoncturelle. 'Après deux années de relance, note Jean-Paul Cordero, président du syndicat des hôteliers de Nice Côte d'Azur, nous pouvons considérer que la reprise est structurelle.'Directeur de la Société des Bains de Mer à Monaco, Michel Novatin pense de son côté que la Côte d'Azur est repartie pour un cycle de croissance de six ou sept ans au moins.
Un grand renouveau qui s'est construit au cours des dernières années. Plus d'1 milliard de francs ( 152 millions d'euros) ont été investis depuis 1995 pour la rénovation de l'hôtellerie, les prix sont restés sage, la gamme s'est élargie avec les résidences de tourisme, la promotion s'est intensifiée. Cette année, Var, Alpes-Maritimes et Principauté de Monaco consacreront ainsi 170 millions de francs (26 millions d'euros) pour promouvoir la destination. Avec quelques superbes campagnes : Var Hiver, menée par le comité départemental du Var qui a permis d'engranger 1,6 million de nuitées supplémentaires; Art et Culture, lancée par le comité régional de tourisme Riviera Côte d'Azur, qui met en avant un patrimoine culturel exceptionnel.
A celà vient s'ajouter un programme de manifestations de plus en plus étoffé, de Menton à Saint-Tropez, sur des créneaux parfois très 'pointus' comme pour les 'Baroquiales' qui ont conquis le public. La Côte a joué à fond la peinture, la musique et les arts. Elle a su ajouter au soleil de la plage toute une profondeur culturelle. Elle a valorisé son arrière pays et s'est attachée à bien faire savoir le tout. Une politique de qualité dont elle récolte les fruits.