Trains, lycées, raffineries, routiers : la contestation grossit à la veille de la journée d'action

Posté lun 18/10/2010 - 07:50
Par admin

Au début d'une semaine décisive autour de la réforme des retraites avec le dernier vote du Sénat prévu mercredi, la contestation ne faiblit pas. Au contraire. Elle semble désormais bien installée. Nice, comme Cannes, Antibes et plusieurs autres villes de la Côte restent mobilisées comme d'ailleurs partout en France. La manifestation de samedi, la cinquième en quelques semaines, a certes réuni un peu moins de monde que celle du mardi 12 octobre, journée de grève nationale. Mais il y a eu quand même beaucoup de manifestants dans la rue : 6.000 selon la police et 10.000 selon les syndicats.

 

A l'approche d'une nouvelle journée nationale de grève, demain mardi 19 octobre, plusieurs éléments d'un renforcement de la contestation sont là. Les lycéens et les étudiants sont entrés dans le mouvement ostensiblement la semaine dernière et bloquent une partie des lycées et des facs depuis quelques jours. Le blocage des raffineries continue et commence à inquiéter sérieusement les automobilistes. Les routiers ont annoncé leur volonté d'entrer à leur tour dans le mouvement de protestation. La grève à la Sncf perdure depuis mardi 12 décembre et ne laisse passer qu'un TER sur trois, pénalisant des usagers en galère quotidienne.

 

Autant d'éléments qui laissent à penser que la journée de demain mardi devrait être suivie crescendo et qu'il devrait y avoir encore plus de monde dans le cortège niçois. Une manifestation qui, cette fois, partira demain à partir de 13 heures de deux endroits : du CADAM et de Cap 3000 avec jonction sur le pont Napoléon III. De quoi craindre aussi demain après-midi de l'effervescence autour de l'aéroport international.

Ajouter un commentaire