Trophées de l'Eco : et les six lauréats 2019 sont…

Molinard, (Made in Côte d’Azur), My Coach (Startup de l’année), Directo Productions (Audace entrepreneuriale), Wit (Développement durable RSE), Virbac (Prix du jury) et Christine Scaramozzino, consacrée "entrepreneur de l'année" : ce sont les lauréats 2019 des trophées de l'Eco CCI-Nice-Matin qui ont été primés hier soir au casino Terrazur de Cagnes-sur-mer.

Molinard, le parfumeur grassois (prix Made in Côte d’Azur), My Coach, l'un des leaders français du sport numérique (Startup de l’année), Directo Productions, le créateur d'événements culturels (Audace entrepreneuriale), Wit, le spécialiste de la transition énergétique des bâtiments (Développement durable RSE), Virbac, le laboratoire mondial de santé animale (Prix du jury) et Christine Scaramozzino, présidente de PAAL (menuiserie aluminium) consacrée "entrepreneur de l'année" : ce sont les lauréats des six grands Trophées de l'Eco de la Côte d'Azur.

Ils ont reçu leurs prix hier soir au casino Terrazur de Cagnes-sur-mer lors de la 11ème édition de cet événement organisé par la CCI Nice Côte d'Azur et le groupe Nice-Matin. Six entreprises lauréates qui, si on additionnent leurs chiffres d'affaires, ont totalisé 895 M€ en 2018. Mais, au-delà de leurs chiffre d'affaires, c'est leur savoir-faire, les valeurs humaines qu'elles véhiculent, et l'image de la Côte d'Azur qu'elles portent qui ont été distingués.

Devant plus de 250 partenaires du club de l'Eco et acteurs de l'économie régionale, Jean-Pierre Savarino, président de la CCI Nice Côte d'Azur et Denis Carreaux, directeur des rédactions de Nice-Matin (dans le contexte de la transition en cours dans le groupe régional, l'absence du Pdg Jean-Marc Pastorino était remarquée) ont d'ailleurs surtout insisté sur le potentiel du territoire en termes d'excellence et d'innovation. Les entreprises primées (cinq ou six avaient été sélectionnées et se trouvaient en lice dans chaque catégorie) en donnent le meilleur exemple.

Pour Jean-Pierre Savarino, "les entreprises récompensées démontrent leur capacité à innover, à performer et à renouveler les pratiques managériales. Créatrices de valeurs et d’emplois, elles prouvent, s’il le fallait encore, la richesse de nos savoir-faire et notre capacité de rayonnement". Denis Carreaux, de son côté, a insisté sur le lien de confiance établi entre le journal et le monde économique azuréen autour de valeurs communes : "l’attachement à ce territoire unique au monde et la conviction qu’il a la capacité d’aller encore plus loin, plus haut, en additionnant les talents, les énergies et en misant encore davantage sur l’intelligence collective."