Vendée Globe : Boris Hermann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco) en passe de l'emporter

Pointé ce mardi matin à 8 heures en seconde position, à environ 1.000 km de l'arrivée aux Sables d'Olonne, Boris Hermann se trouvait à 157 km du premier, Charlie Dalin sur Apivia. Mais le skipper de Seaexplorer-Yacht Club de Monaco bénéficie d'un "bonus" de 6 heures pour avoir participé au sauvetage d'un des concurrents. Dans un sprint final palpitant, il pourrait aussi être déclaré vainqueur, même s'il n'était pas le premier à franchir la ligne.

Boris Hermann Seaexplorer-Yacht Club Monaco

Boris Hermann à bord de Seaexplorer-Yacht Club de Monaco va-t-il remporter le Vendée Globe ? Réponse demain mercredi alors que les premières arrivées sont attendues en fin d'après-midi dans le chenal des Sables-d'Olonne. Une arrivée hallucinante avec, pour une si longue course autour du monde, cinq navigateurs dans un "mouchoir" qui, ce mardi matin, pouvaient prétendre à une victoire. Le "sprint" final se révèle d'ailleurs d'autant plus incroyable que le premier à franchir la ligne d'arrivée ne sera pas forcément le vainqueur en raison des temps de compensation accordés aux concurrents qui s'étaient déroutés pour porter secours à Kevin Escoffier au large de l'Afrique du Sud. (Photo DR : Boris Hermann à la barre de Seaexplorer-Yacht Club de Monaco).

Boris Hermann était l'un d'eux. Il bénéficie ainsi d'un "bonus" de 6 heures. Ce qui veut dire que s'il arrive moins de six heures après un concurrent sans "bonus", c'est lui qui remporte le Vendée Globe. Et les pointages de ce matin montrent que Boris Hermann, passé en seconde position, pourrait l'emporter dans un rush final haletant. A 8 heures ce matin, si Charlie Dalin sur Apivia tenait toujours la tête de la course, il ne bénéficie d'aucun "bonus". Le troisième, Louis Burton sur Bureau Vallée 2, qui talonne le bateau monégasque de quelques centaines de mètres à peine ne bénéficie lui non plus d'aucun "bonus".

A 1.000 km de l'arrivée Boris Hermann se trouvait au pointage à 157 km du premier. Difficile donc de rattraper ce retard. Mais alors que le bateau monégasque voguait à un peu plus de 27 km/h, légèrement plus vite que celui de Charlie Dalin, il était en position de l'emporter, les autres porteurs de "bonus" (Jean Le Cam avec 16h15 et Yannick Bestaven avec 10h15) restant trop loin du "top 3" actuel. Certains pourront bien sûr contester que ce ne soit pas le premier arrivé qui soit couronné. Mais la décision du comité de course d'accorder un temps de compensation (le temps du hors course, les efforts déployés, le surcroît de fatigue) à ceux qui s'étaient détournés pour sauver le naufragé a été dans l'ensemble bien accepté. Et le vainqueur ne pourra être contesté.

Sûr aussi que demain, beaucoup de Monégasques suivront cette arrivée hors norme du Vendée Globe!

Étiquettes

Ajouter un commentaire