ShareThis

Aéronautique : les ambitions de Michel Fiat, élu président de Pégase

Changement à la présidence du Pôle Pégase. Depuis sa création en 2007, il était toujours piloté par des représentants d'Eurocopter. Avec l'élection de Michel Fiat, c'est un homme de Thales Alenia Space qui prend le relais. Le nouveau président veut notamment pousser le projet Henri Fabre, visant à créer en PACA (et donc aussi dans les Alpes-Maritimes) un écosystème aéronautique autour d'Eurocopter et de son hélicoptère du futur.

Le Pôle Pégase, créé en 2007 et présidé jusqu’à ce jour par des représentants du groupe Eurocopter a élu le 8 novembre dernier un nouveau président issu de Thales Alenia Space, l’un des leaders mondiaux de la conception et l’exploitation des infrastructures spatiales. Michel Fiat, directeur des opérations chez Thales Alenia Space est ainsi le nouveau président du Pôle Pégase et succède à ce poste à Gérard Goninet.

Natif de Grenoble, Michel Fiat a, à 56 ans, effectué la majeure partie de sa carrière dans l’univers des satellites. Il rejoint Alcatel Space en 1983 et vit ensuite toutes les étapes qui donneront naissance en 2007 au groupe Thales Alenia Space.

Thales Alenia Space actif dans le pôle depuis sa création

Le constructeur cannois de satellite explique ainsi que, pour le pôle, cette transition va s’effectuer à la fois dans la continuité, mais aussi dans la complémentarité. "Le Pôle Pégase et Thales Alenia Space  c’est une histoire ancienne puisque la société a participé aux différents échanges et travaux qui ont donné naissance au pôle. Présent depuis l’origine au sein des instances de décision de Pégase, et très actif dans l’un des programmes majeurs du pôle, les plateformes stratosphériques, Thales Alenia Space a décidé de postuler à la présidence du pôle sur les encouragements d’autres membres mais aussi grâce au projet Henri Fabre", est-il expliqué dans un communiqué.

Constituer un véritable écosystème autour d'Eurocopter

En deux mots, le projet Henri Fabre vise à constituer en PACA un véritable écosystème autour d'Eurocopter. Il a pour origine l’absolue nécessité de monter en gamme l’écosystème aéronautique pour qu'Eurocopter puisse confier certaines tâches encore "corps business" aux PME afin de se consacrer aux "Hélicoptères du Futur" qui doivent assurer à la société française le maintien de son leadership mondial. L’ambition est de faire monter en compétences cet écosystème aéronautique sur les aspects de l’excellence en mécanique, des services à l’industrie et de la performance industrielle.

"Parmi les différentes et nombreuses motivations, le projet Henri Fabre a été un véritable révélateur de ce que pouvait apporter un pôle du point de vue de la structuration d’une filière" souligne ainsi Michel Fiat. "Nous sommes très motivés à mettre en place dans les Alpes-Maritimes son pendant avec les originalités qui caractérisent l’industrie spatiale". Et de préciser : "Nous avons la volonté et l’ambition de mettre en place les conditions qui permettront à des TPE et PME de développer leur R&D et de se positionner sur des axes d’innovation et d’application dans le secteur spatial mais aussi dans d’autres marchés qui pourraient être intéressés par ces technologies".

Etre capable de créer des filières nouvelles comme les plateformes stratosphériques

Concernant les projets aéronautiques en cours, Michel Fiat rassure. "Il n’est évidemment pas question d’y mettre un frein, bien au contraire. Nous nous positionnons dans la continuité de ce qui a été impulsé. Je sais que nous pourrons compter sur l’implication d’Eurocopter et de tous ceux qui ont contribué jusqu’à présent à la dynamique du pôle". Très attaché aux objectifs de création d’emplois affichés par Pégase, Michel Fiat souligne que c'est "l’un des pôles les plus ‘successful’ au niveau national. C’est un outil qui a déjà fait ses preuves pour structurer des partenariats et accompagner des acteurs dans leur projet. Demain nous devrons être capables de créer des filières nouvelles comme les plateformes stratosphériques" (plateformes de haute altitude qui constituent le chaînon manquant entre l'aéronautique et le spatial). 

Au cours de son mandat, Michel Fiat souhaite également développer les synergies avec d’autres pôles, notamment avec le Pôle Risques dans lequel Thales Alenia Space est fortement impliqué mais aussi avec les organismes de formation et les IRT (Institut de Recherche et Technologie).


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011