ShareThis

Comment Thales Alenia Space se lance dans l'industrie 4.0

Le constructeur cannois, depuis l'installation du robot SAPHIR dans ses salles blanches en 2015, entame une nouvelle étape dans sa transformation numérique avec son cobot CRATOS (Collaborative Robot Addressed To Operative Solutions), installé dans son usine de L'Aquila en Italie. Un bel exemple pour les industriels azuréens qui montent en gamme et pour le prochain Forum Industria qui met le cap sur l'industrie 4.0.

Alors que le prochain Forum Industria, les 22 et 23 novembre à l'hippodrome de Cagnes-sur-mer met le cap sur l'industrie 4.0, il faut s'intéresser à ce qu'entreprend depuis deux ou trois ans dans ce domaine Thales Alenia Space. Le constructeur de satellites cannois entame une nouvelle étape dans sa transformation vers l’industrie 4.0 par le développement et l’utilisation de nouvelles technologies de production contribuant à améliorer la flexibilité et réduire le délai de commercialisation. Il a lancé le mouvement dans ses salles blanches cannoises. Il le poursuit en présentant son nouveau robot collaboratif polyvalent, ou cobot, CRATOS (Collaborative Robot Addressed To Operative Solutions), installé dans son usine de L'Aquila en Italie.

CATOS, nouveau jalon dans la transformation numérique de Thales Alenia Space

Celui-ci est en train d’accomplir sa mission visant à intégrer des composants électroniques dans le premier modèle de vol COSMO-SkyMed deuxième génération. "Le cobot CRATOS marque un nouveau jalon dans la stratégie de transformation numérique de Thales Alenia Space en facilitant la production et en accélérant les délais de commercialisation, complétant le travail des salariés, en supplément des machines automatisées et de la réalité augmentée", explique Donato Amoroso, Pdg Adjoint de Thales Alenia Space.

CRATOS (dérivé du Dieu Kratos, personnifiant la puissance dans la mythologie grecque) est le premier robot collaboratif utilisé pour intégrer des équipements électroniques chez Thales Alenia Space. Il peut opérer à côté des salariés, sans aucune barrière physique. CRATOS se présente comme un cobot très polyvalent, capable d'assembler et de coller des composants et des équipements, mais aussi de vérifier ces opérations. Grâce à son architecture flexible, toutes les opérations sont effectuées dans l'ordre, ce qui permet de réduire considérablement le temps de montage.

Le robot CRATOS permet aussi le contrôle complet du processus d'intégration, avec une amélioration mesurable de la qualité. Il peut être programmé via un lien filaire conventionnel, recevant des instructions via des fichiers CAO, ou par un processus autonome. Il a aussi été conçu pour pouvoir étendre ses champs d'application. Il dispose ainsi d’une fonction de reconstruction 3D, basée sur un système photographique panoramique et des barrières infrarouges permettant d’augmenter la vitesse pendant l'intégration automatisée tout en assurant la sécurité.

Le robot SAPHIR à l'oeuvre à Cannes

Dans le cadre du développement de son industrie 4.0, Thales Alenia Space a aussi installé SAPHIR dans son usine de Cannes La Bocca. SAPHIR, qui avait été présenté à Cannes lors d'un "Robot Show" dans les salles blanches cannoises, est un robot collaboratif conçu pour automatiquement préparer et installer des inserts dans les panneaux structurels des satellites de télécommunications. Il permet de réduire significativement les cycles de production et les coûts sur ces satellites, dont chacun possède environ 3 500 inserts.

En outre, Thales Alenia Space a récemment annoncé la construction d'une nouvelle usine de pointe à Hasselt en Belgique, dédiée à la production de panneaux photovoltaïques (PVA). L'installation bénéficiera des toutes dernières technologies, y compris l'assemblage robotisé de panneaux, la numérisation du processus de production avec la gestion numérique des données et la traçabilité, intégrant les tests en ligne et les contrôles, de même que l'utilisation de la réalité augmentée. De quoi intéresser les industriels azuréens qui se lancent aujourd'hui dans la transformation 4.0.

Le système SAPHIR, avec son énorme bras robotique articulé permet de poser automatiquement des inserts de fixation sur un panneau de satellite de 3 à 4 mètres de longueur. Quelque 3.000 inserts sont ainsi à poser avec haute précision, ce qui demande à des "humains" trois semaines d'un travail répétitif et une semaine à ce robot équipé d'un système de vision artificielle.


Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011