ShareThis

IBM La Gaude va déménager à Nice Méridia

Cette fois la décision est prise : les instances représentatives du personnel de l'établissement IBM Nice-Sophia Antipolis ont été averties de la décision d'installer les activités à Nice Meridia, à l'échéance du bail du site historique de La Gaude (février 2015). Une nouvelle page du high tech azuréen qui se tourne.

Voilà des années qu'on parlait d'un déménagement d'IBM La Gaude. Désormais c'est acté : Big Blue va quitter ses locaux azuréens historiques pour s'installer dans la technopole urbaine Nice Méridia, au cœur de l'Eco-Vallée en gestation. La société vient en effet d'informer les instances représentatives du personnel de l'établissement IBM Nice-Sophia Antipolis de sa décision d'installer les activités de son site de La Gaude à Nice Meridia, dans la première partie de l'année 2015, à l'échéance du bail du site de La Gaude (il se termine en mars 2015).

Trois solutions initialement étudiées : le maintien, Sophia ou la Plaine du Var

Après une première intention de déménagement début 2011, avec une implantation sur le site de Sophia Antipolis qui avait été sérieusement envisagée, IBM avait relancé il y a un an et demi, en octobre 2012, la réflexion concernant son implantation dans les Alpes-Maritimes. Alors que le bail de son site de La Gaude arrivait à échéance en février 2015, elle avait alors informé les instances représentatives du personnel du site d'IBM La Gaude-Sophia qu'elle allait lancer des études sur les différentes orientations envisagées : maintien sur le site actuel, implantation dans la plaine du Var ou implantation à Sophia-Antipolis.

La solution Sophia avait été abandonnée voilà quelques mois. Entre le maintien à La Gaude et le déménagement à Nice, c'est donc la solution de la plaine du Var qui a été retenue. Une option qui, évidemment, a réjoui Christian Estrosi, le maire de Nice, et qui fera rager Michel Meini, le maire de La Gaude, qui s'était battu pour qu'IBM reste sur sa commune et qui aujourd'hui est par ailleurs rejeté par la majorité UMP départementale (en tant que maire sortant, l'étiquette UMP lui a été refusée pour les prochaines municipales).

Le choix "d'un nouveau modèle de technopole en milieu urbain"

Dans un communiqué, le député-maire de Nice s'est réjoui "du dynamisme à l’œuvre au sein notre Eco-Vallée qui s’exprime à travers le choix de la société IBM d’installer ses activités en plein cœur de la technopole urbaine Nice Méridia située à proximité immédiate du futur campus régional de l’apprentissage de la Chambre de Commerce et d’Industrie, de l’éco-campus de l’Université de Nice, de l'Institut Méditerranéen du Risque de l'Environnement et du Développement Durable (IMREDD), de la pépinière de la Métropole Nice Côte d’Azur et de la ligne Ouest-Est de tramway en cours de réalisation."

"En choisissant la technopole Méridia, IBM envoie un signal fort puisque la société fait le choix d’un nouveau modèle de technopole en milieu urbain qui est encore un modèle inédit. Il s’agit d’un  pari sur l'avenir de l'Eco-Vallée et de la Métropole toute entière dans les domaines de la ville durable et de la "smart city" qui permettra de simplifier la vie quotidienne des habitants, de créer une nouvelle dynamique économique et d'emploi tout en générant aussi de nouvelles recettes fiscales. Comme l’affirme IBM, ces orientations technologiques majeures prises par la Métropole Nice Côte d’Azur nous permettent aujourd'hui d'être positionnés dans le top 5 mondial de villes mettant en œuvre une stratégie de "smart city", a poursuivi le premier magistrat niçois.

Des craintes sur une nouvelle diminution du nombre d'emplois

Sont aussi avancées, dans le choix d'IBM, les coopérations que le groupe pourra nouer avec l'université dont l'IMREDD, déjà présent sur le site, mais également, autour des solutions smarter cities, avec les jeunes entreprises de la pépinière Nice Méridia ainsi qu'avec les formations proposées par Polytech Nice Sophia et l'école d'ingénieurs en alternance qui sera localisée dans le campus de l'apprentissage que va réaliser, à côté, la Chambre de Commerce et d'Industrie.

Le déménagement, en revanche, risque de beaucoup moins plaire aux salariés. Déjà, en octobre 2012 quand il avait été de nouveau question d'un déménagement, la solution Nice-Méridia avait inquiété les syndicats. Ils craignaient qu'à cette occasion, IBM ne choisisse des locaux beaucoup plus petits que ceux d'IBM La Gaude (35.000 m2 dont seulement 15.000 sont occupés) et n'en profite pour ne garder sur la Côte d'Azur qu'une vitrine avec son Centre international de solutions pour les métiers et l'innovation qui n'occupe guère plus de 200 personnes. L'activité d'infogérance (environ 600 personnes) qui a déjà beaucoup diminué de volume, pourrait-elle se trouver progressivement relocalisée à l'étranger.A suivre.

Le "Client Center" délocalisé à Paris

En fait suivant ce qui a été annoncé, il est question d'une surface de 4.500 m2 pour l'ensemble des locaux (soit nettement moins que la partie occupée ujourd'hui dans les 35.000 m2 du bâtiment historique), tandis que c'est le "Client Center" (2.000 m2) qui disparaitra dans l'opération. Il est en effet prévu de le délocaliser sur Paris.

L'intersyndicale est aussi décidée à se battre pour garder à Nice ce Centre international de solutions pour les métiers et l'innovation qui reçoit chaque année plus d'un millier de grands clients, et pour que la surface des nouveaux locaux ne soit pas moindre que les 9 à 10.000 m2 qui était prévus lors de l'étude sur la solution d'implantation à Sophia Antipolis. La nouvelle bataille pour le déménagement d'IBM La Gaude est engagée.


Bien sûr, en tant qu'"ancien"

Bien sûr, en tant qu'"ancien" de La Gaude, je suis ... nostalgique. 4 500 m2 ne sont guère comparables à 30 000m2!

Il est clair que le plan profit le plus favorable pour IBM Corp. serait de transférer en Inde, (par ex.), tout le support technique client appelé "Infogérance" et de garder à Nice ou, par défaut à Paris, le centre "Marketing- Clients" avec qq centaines de salariés.

De toute façon, IBM La Gaude a fait sa mue dans les années 1995-2000 avecl'infogérance qui a remplacé la Recherche-Développement des années 1970- 1990.
Et c'est pour cela qu'IBM a bien rebondi.

Enfin, pour répondre à un commentateur ("IBM" - 18 fevrier 2014)qui dit que les grosses entreprises ont profité "d'aides considérables", c'est sans doute exact mais comme l' imposition est elle aussi "considérable", ce serait plus sain d'avoir moins d'impôt sur les Sociétés et en corrolaire, moins d'aide. Mais ceci est un discours inconnu de nos enarques.

IBM

Ces déménagements que cela soit concernant AMADEUS vers Villeneuve Loubet ou IBM vers Nice sont avant tous des opérations qui ont deux objectifs principaux: réduction des coûts liés aux loyers et surtout masquer des opérations de réduction des effectifs.
Pour information, personne n'en parle mais tout le monde le sait : Sophia Antipolis voit son nombre de salariés diminuer fortement en 2013 et ce n'est que le début...
TI n'existe plus, AMADEUS + IBM qui étaient deux grosses locomotives sont en train d'envisager des plans partout sauf à Sophia.
Les bonnes nouvelles, on en parle et c'es bien quand il y en a mais les plans de réduction d'effectifs masqués par des grosses entreprises qui ont profité et qui profitent toujours d'aides considérables des pouvoirs publics...il y en a beaucoup moins.
Nous invitons à vous procurer les chiffes de Sophia...pour comprendre ce qui est train de se dérouler...

Big Blues

C'est tout un symbole qui démménage. Autrefois fierté des hommes en costard-bleu-cravate-rouge qui y invitaient leurs clients les plus prestigieux, le rôle du site de La Gaude s'est inéxorablement réduit au rythme des transformations de maison mère. Les élus et les syndicats peuvent bien pleurer toutes les larmes de leur corps, nous sommes en train de vivre/subir une mutation économique décisive. Espérons que notre région saura rebondir à l'exemple des salariés de TI qui se sont pris en main au lieu de quémander l'assistance de l'Etat.

Une question reste pourtant en suspens, quid du vaste batiment conçu par le célèbre architecte Marcel Breuer ? Pourquoi pas en profiter pour lancer un grand projet d'équipement au niveau national, voire international ?
De quoi passer de la nostalgie des années 70-90 au positivisme indispensable à ce début de siècle.

Rivirachris

Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011