ShareThis

Inalve, la start-up qui veut nourrir le monde grâce aux micro-algues

C'est un défi ambitieux que relève "inalve", start-up niçoise fondée par Christophe Vasseur (à droite sur la photo) et Hubert Bonnefond. A partir d'un procédé de production d'une farine de microalgues aux propriétés exceptionnelles qu'elle a développé au laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer, la start-up compte apporter une solution écologique au problème de l'alimentation animale. Et répondre ainsi aux besoins alimentaires croissants de la population mondiale.

Travailler aujourd'hui à pouvoir répondre aux besoins alimentaires croissants de la population mondiale qui atteindra 9,8 milliards d’habitants en 2050 ? Pour une entreprise, cela semble relever de l'utopie douce. C'est pourtant le défi qui a été relevé par une start-up niçoise, inalve, couronnée par un prix au Concours Mondial d'Innovation 2017. Créée le 11 avril 2016 à Nice par Christophe Vasseur, président (à droite sur la photo) et Hubert Bonnefond, Directeur Technique, la société met en avant un atout-maître : des technologies brevetées de production de farines de microalgues pour l'alimentation animale.

Un substitut de choix aux farines de poissons

Ces farines aux propriétés présentées comme exceptionnelles contiennent naturellement plus de 50% de protéines. Leur haute qualité nutritionnelle en font la ressource alternative de choix pour l’industrie de l’alimentation animale. Une alternative qu'inalde propose à l’industrie de la production animale en France et à l’international comme "la" solution alimentaire écologique et économique idéale de demain. Elle permettrait de répondre aux besoins alimentaires mondiaux tout en préservant les ressources agricoles et marines de la planète.

"Les protéines de microalgues dans l’alimentation animale représentent une ressource naturelle jusqu’à présent sous-exploité résolvant les enjeux des industriels, explique Christophe Vasseur, le président. D’une qualité nutritionnelle sans égale, elles offrent un substitut de choix aux farines de poissons. En partenariat avec le CNRS, l’Inria, l’UPMC et Centrale Supelec, nous avons développé au laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer durant 2 ans, un procédé de production de biofilm de microalgues et une farine de microalgues aux propriétés exceptionnelles, contenant tous les acides aminés essentiels nécessaires au développement animal."

Lauréate du Concours Mondial d'Innovation 2030

L'idée en tout cas a convaincu. Ainsi dès sa création, la société a pu être lauréate de l’appel à projets 2016 pour la phase I "d'amorçage" du Concours mondial d'innovation 2030, soutenu par le Programme d’Investissements d’Avenir et Bpifrance (la Banque Publique d'Investissement). Inalve a pu ainsi concevoir son prototype de production et développer ses protéines de microalgues dédiées à l’industrie de l’alimentation animale. Puis, en septembre 2017, un an après sa création, elle a été lauréate cette fois de la phase II "d’accompagnement" du concours. Inalve a reçu à cette occasion une aide de 1,4 M€ et peut donc aujourd'hui finaliser la mise au point de son premier pilote de production en région PACA.

Pour 2017-2018 sa stratégie de développement vise à "maîtriser la filière des protéines végétales. Nous avons testé avec succès cet été notre premier prototype de production breveté, apte à fournir 30 kilos de microalgues par an, poursuit Christophe Vasseur. "Notre objectif prioritaire d’ici fin 2017 est de finaliser notre premier tour de table à hauteur de 2 M€. Nous recherchons une dizaine d’ingénieurs et chercheurs talentueux couvrant des domaines aussi variés que la physiologie et biochimie des microalgues, l’automatisation et l’ingénierie des procédés. Nous mettons au point notre pilote industriel, unité qui produira dès 2019 plus de 10 tonnes de protéines par an". Le défi en marche!


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011