ShareThis

La Présidente de l’Université Nice Sophia Antipolis face à la presse

Frédérique Vidal, la Président de l’Université Nice Sophia Antipolis, était l’invité du Club de la Presse Méditerranée 06. L’occasion pour l’ancienne directrice de la faculté des sciences de répondre aux questions des journalistes sur les priorités de son mandat, la situation financière de l’université et ses projets de développement, ainsi que sur le premier bilan de la réforme LRU qui a permis aux universités d’obtenir leur autonomie.

Frédérique Vidal lors du Déjeuner Débat face au Club de la Presse

Elue au mois d’avril dernier Présidente de l’Université Nice Sophia Antipolis, Frédérique Vidal était jeudi l’invité, pour un déjeuner débat, du Club de la Presse Méditerranée 06. Durant plus de deux heures, l’ancienne directrice de la faculté des sciences, spécialiste de biologie moléculaire, a répondu aux questions des journalistes sur les priorités de son mandat, la situation financière de l’université et ses projets de développement, ainsi que sur le premier bilan de la réforme des universités qui a permis à ces dernières d’obtenir leur autonomie. Pour Frédérique Vidal ce bilan est plutôt positif et a permis de créer une nouvelle dynamique dans les universités. Comme toute nouvelle loi, celle-ci reste perfectible en tenant compte que l’université n’est pas une entreprise, mais le processus est maintenant bien engagé et ne sera remis en cause.

Développement du campus sur le Développement Durable

Si l’autonomie de l’université est acquise, la dévolution patrimoniale n’est pas pour demain et l’Etat n’est pas prêt à céder son patrimoine immobilier ce qui, compte tenu de l’éclatement des campus de l’Université Nice Sophia Antipolis, serait assez compliqué. Pour autant, les projets de développement de l’Université ne sont pas stoppés, bien au contraire, à commencer par le campus pluridisciplinaire sur le développement durable dans la Plaine du Var. Les premiers étudiants sont aujourd’hui installés à Nice Méridia et la montée en puissance du campus va se faire progressivement avec un premier objectif de 2 à 3 000 étudiants sur l’IMREDD (Institut Méditerranéen du Risque, de l’Environnement et du Développement Durable). A terme, ce campus devrait compter 7 000 étudiants à l’horizon 2020.  

Inauguration en janvier pour le campus Sophi@Tech

Par ailleurs, même si elle s’est déroulée dans des conditions assez difficiles, la rentrée à Sophia du Campus STIC, dénommé désormais Sophi@Tech, a eu lieu en septembre en essayant d’éviter au maximum les couacs inhérents à un chantier qui n’est pas encore totalement terminé. Les choses devraient progressivement rentrer dans l’ordre d’ici l’inauguration officielle programmée en janvier. Pomme de discorde au moment de la finalisation du projet, la Bibliothèque Universitaire n’existe pas dans sa forme traditionnelle, mais les étudiants disposent d’un Learning Center où ils peuvent se rencontrer et avoir accès, sous forme numérique, à toutes les ressources bibliographiques. Autre projet de développement de l’Université Nice Sophia Antipolis, le projet de création d’un campus à Cannes suit son cours et verra bientôt le jour aux confins du site de la Bastide Rouge. Les financements sont bouclés et le concours d’architecte sera bientôt lancé pour ce projet qui est finalisé.

La pluridisciplinarité, priorité du mandat de Frédérique Vidal

Frédérique Vidal est ensuite revenue sur les priorités de son mandat au premier rang desquelles figure le développement de la pluridisciplinarité en spécialisant l’université sur des thèmes qui nécessitent de multiples compétences. Pour se faire, elle compte s’appuyer sur le grand nombre de chercheurs de l’Université reconnus dans leurs domaines respectifs. Autre volonté, celle de renforcer la visibilité l’Université auprès du grand public, notamment en multipliant l’organisation de colloques susceptibles de l’intéresser. La communication de l’Université sera également améliorée avec la mise en place d’une sorte de guichet unique facilitant la diffusion de l’information. L’ouverture de l’Université vers les entreprises sera aussi poursuivie en cherchant notamment à apprendre aux étudiants à mieux valoriser l’ensemble de leur parcours universitaire.

Situation financière toujours difficile

Frédérique Vidal a enfin abordé la situation financière de l’Université qui est loin d’être brillante en raison du grand nombre d’investissements effectués au cours des dernières années alors que, du fait de la réforme, l’Université est contrainte, pour la première fois, de mettre en place tous les amortissements du patrimoine. Des amortissements qui pèsent très lourds sur le budget à un moment où les dotations budgétaires de l’Etat ne sont pas dans une période faste, d’autant plus que l’Etat continue à prendre, sans les compenser, des décisions qui ont des répercussions budgétaires comme l’augmentation (+5%) des cotisations pensions des fonctionnaires. Autre crainte, le coût de l’avancement des carrières (le GVT) qui là encore n’a pas été pris en compte dans les dotations de l’Etat. Dans, ce contexte, l’exercice 2012 risque fort d’être déficitaire et la préparation du budget 2013 nécessite d’envisager de nombreuses économies.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011