ShareThis

Liganz, le "personal shopper" qui vous habille sur le Net

Métier venu des Etats-Unis, le "personal shopper" est quelqu'un qui recherche pour vous un produit qui va vous aller. Ce rôle de "coach shopping", Liganz, co-fondé par Isabelle Maneau et Jérôme Lescure, le transpose sur le Net à partir d'une technologie d'intelligence artificielle. Lancement du site à la fin de l'été.

Les technologies de l'information au service de la mode ! L'idée a déjà été exploitée par bon nombre de sites d'e-commerce. Mais Liganz, une start-up azuréenne de l'Incubateur PACA-Est hébergée à Nice Premium dans la pépinière de la Métropole, l'a reprise sous une autre forme : celle d'un "personal shopper". Quelqu'un qui connaît vos goûts, vos marques favorites, vos habitudes et vous aide à dénicher rapidement l'article que vous recherchez dans le magma de l'offre mise en ligne sur Internet.

Une dimension conseil en plus

"Nous avons transposé dans le monde virtuel, un métier "physique" qui vient des USA", explique Isabelle Maneau (formation école de commerce), co-fondatrice de Liganz avec Jérôme Lescure, le "technicien" du binôme, qui avait déjà eu l'expérience d'une start-up de la mode avec Lilook créée au début des années 2000. "Le "personal shopper" est quelqu'un qui recherche pour vous un produit qui va vous aller. Ce rôle de "coach pour le shopping", nous avons décidé de le transposer sur le Net. Nous avons développé une technologie d'intelligence artificielle qui permet de délivrer des recommandations sur les différents produits en s'appuyant sur les goûts d'un internaute (couleurs, formes, etc.), puis d'aller chercher les produits souhaités parmi l'offre de mode sur Internet."

"Cette même technologie permet d’ajouter la dimension conseil", poursuit Isabelle Maneau. "Vous flashez sur cette chemise ? Cette petite robe vous plait ? Un commentaire personnalisé précise les points forts de ce vêtement, pour vous, par rapport à votre style. Liganz, qui référence le plus grand nombre de marques possible, agit ainsi comme la vendeuse ou le vendeur de votre boutique préférée qui vous connait bien et qui va vous présenter les produits aptes à vous plaire en vous expliquant pourquoi."

Des échanges instantanés pour avoir l'avis des proches

Mais nous y avons aussi ajouté une touche supplémentaire. En matière de shopping rien ne vaut l’avis de ses proches. Liganz a donc imaginé un concept social innovant permettant des échanges instantanés". A une époque où la vie s'accélère, où de plus en plus pressées par le temps, les femmes se sont mises au shopping sur le web, Liganz propose de gagner du temps, tout en continuant à mener une véritable expérience de shopping personnalisé.

Le site est actuellement en fin de paramétrage et l'équipe travaille sur les derniers détails de design pour une sortie avant la fin de cet été. Pour l'utilisatrice (le site, dans sa première phase, est dédié à la mode féminine), il suffit, lors de la première connexion, de noter quelques références "produit". A partir de là, des algorithmes très puissants (ils ont nécessité trois années de développement) peuvent faire les premières recommandations. Des sélections qui s'affinent ensuite suivant les choix et les coups de coeur.

Extension sur l'Europe et déclinaisons sur la déco

Quant au "business model", il se veut lui aussi innovant. "Liganz ne fonctionne pas au coup par click (CPC) comme la plupart des comparateurs", note Jérôme Lescure. "Nous misons sur un trafic hautement qualifié pour nous rémunérer exclusivement à la performance, et nous positionner ainsi en partenaires auprès des web-marchands, dans une relation de confiance".   

Autant de concepts qui seront donc bientôt confrontés au marché. Après le premier lancement ‘Femmes’ en France, il est prévu rapidement la mise en ligne d'une version ‘Hommes’, tandis que Liganz ambitionne une expansion européenne dans les deux prochaines années ainsi que des déclinaisons sur les produits de décoration et sur tout ce qui touche au style et au goût.   

Côté financement, Liganz, qui est accompagné par l'Incubateur Paca-Est et a noué un partenariat technologique avec Inria Sophia, bénéficie d’une aide à l'innovation d'OSEO, ainsi que du soutien d'investisseurs privés. La start-up avait déjà réussi deux levées de fonds à près de 400.000 euros et vient d'en sceller une troisième à 200.000 euros. Elle permettra la mise en place d'un plan de communication en appui du lancement du site.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011