ShareThis

Ma Thèse en 180 secondes : et les lauréats 2019 sont…

Melpomeni Dimopoulou (premier prix du jury) et Thibaut Ehlinger (prix du public), deux doctorants en informatique, ont remporté hier soir au Théâtre National de Nice la finale de cette sixième édition. Les deux gagnants iront représenter Université Côte d’Azur à la demi-finale à Paris le 5 avril prochain.

Expliquer brièvement des choses compliquées et convaincre : c'est tout le challenge du concours "Ma Thèse en 180 secondes" dont l'édition 2019 s'est jouée hier à Nice dans un lieu qui convenait bien à l'exercice : le Théâtre National de Nice. Organisée par Université Côte d'Azur, la finale de cette sixième édition a été remportée par deux doctorants en informatique, Melpomeni Dimopoulou (premier prix du jury) et Thibaut Ehlinger (prix du public). Les deux gagnants iront représenter Université Côte d’Azur à la demi-finale à Paris le 5 avril prochain. Deux autres participants ont été également primés : Samy Douider (deuxième prix du jury) et Adrien Broquet (troisième prix du jury). (Photo A.Macarri - Université Côte d'Azur : les quatre lauréats avec à gauche, Melpomeni Dimopoulou et Thibaut Ehlinger).

Cette année, ce sont 18 doctorant(e)s qui ont participé à ce concours, présentant en 3 minutes leur sujet de thèse au public et au jury. Le jury était composé de personnalités de l'entrepreneuriat, de la recherche et du journalisme et présidé par Florence Porcel, vulgarisatrice, autrice, actrice. Melpomeni Dimopoulou, doctorante au laboratoire d’Informatique, Signaux Systèmes de Sophia Antipolis remporte le prix du jury avec sa thèse sur l'ADN codant pour le stockage de données numériques à long terme. Thibaut Erlinger, Doctorant à l’Institut National de Recherche en Sciences du Numérique remporte quant à lui prix du public avec sa thèse sur l'Analyse causale de la relation entre qualité de service et qualité d’expérience utilisateur cross-applicative.

Pour rappel, "Ma thèse en 180 secondes" propose depuis 2014, un défi aux doctorant(e)s et jeunes docteurs : expliquer au grand public leur sujet de recherche en français, avec des termes simples, et l’appui éventuel d’une seule diapositive, le tout en 3 minutes chrono ! Inspiré de "Three minute thesis (3MT®)" en Australie, ce concours de vulgarisation scientifique est organisé en France par la Conférence des Présidents d’Université (CPU) et le CNRS.

Si aujourd'hui le concours est devenu un évènement grand public de vulgarisation scientifique, il permet aussi aux doctorants français de se former. En effet les candidats ont suivi une formation de 16h sur l'écriture de vulgarisation, l'élaboration d'un visuel et la prise de parole. L’exercice leur permet ainsi dès les premières années de leur travail de thèse d’acquérir une aisance à transmettre et valoriser leurs compétences et à assurer une meilleure visibilité à leur recherche.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011