ShareThis

Mobilité : sept salariés sur dix vont travailler en voiture selon l'Insee

Intéressant de l'avoir sous les yeux quand on parle mobilité : l'Insee vient de publier, avec une étude nationale sur les déplacements travail, une carte interactive permettant de visualiser pour chaque commune, dont celles des Alpes-Maritimes, la part des voitures, des Transports en Commun, des deux-roues et de la marche à pied dans le transport des actifs.

Quand on parle de mobilité, il est bon d'avoir un état des lieux. Celui que vient de publier l'Insee est précis avec un bel effort de lisibilité à travers une carte interactive des déplacements des actifs commune par commune (répartition des actifs selon le moyen de transport utilisé pour se rendre au travail). Il est ainsi possible d'obtenir pour chaque commune de Provence-Apes-Côte d'Azur (et donc celles des Alpes-Maritimes) le mode de transport des actifs : voiture, camion fourgonnette, deux-roues, Transports en Commun (TC), marche à pied ou pas de transport.  (Ci-dessus, sur la partie Côte d'Azur de la carte interactive, à regarder tout particulièrement pour chaque commune, en bleu, la part véhicules, et en blanc la part Transports en Commun).

De cette étude lancée sur l'ensemble du territoire français, il ressort ce que l'on savait déjà mais avec des chiffres précis : sept salariés français sur dix vont travailler en voiture.Pour se rendre à leur travail, résume l'Insee, les salariés utilisent principalement leur voiture. "En France, ce mode de déplacement n’est supplanté par les transports en commun que dans la capitale et ses départements limitrophes. En 2015, la moitié des salariés habitant et travaillant dans la même commune vont travailler en voiture. Cette proportion s’élève à huit salariés sur dix pour ceux travaillant hors de leur commune de résidence. Les cadres et les employés utilisent moins leur voiture que les autres catégories socio-professionnelles".

Si l'on regarde les proportions entre les différents moyens de déplacement on s'aperçoit que les métropoles ou les villes qui ont mis en place un solide réseau de transport en commun arrivent à limiter l'usage de la voiture. Ainsi, Paris se trouve largement en tête (10,7% véhicules et 68,8% transport en commun). Mais Nice progresse. La ville est descendue en dessous du 50% véhicules (46,8%) et monte à 26,6% de TC. Encore loin de Lyon (40,7% de TC) ou de Lille (35,8%). Menton arrive également à descendre en dessous des 50% véhicules mais grâce à une part plus importante des deux roues (ils supplantent les transports en commun) et de la marche à pied.

"Dès que l’on s’écarte des villes-centres, la part de la voiture augmente et celle des transports en commun diminue", remarque l'Insee. "Ainsi, en province, dans les aires urbaines de plus de 400 000 habitants, la part de la voiture est de 50 % dans la commune centre, mais elle atteint 76 % dans le reste du pôle urbain et 86 % dans la couronne". Ce qui se confirme par ailleurs dans les Alpes Maritimes.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011