ShareThis

Nice Acropolis : la CCI demande à ce que personne ne joue la "politique du pire"

Un candidat (GL Events) ayant été retenu mercredi par le conseil municipal de Nice, la CCI Nice Côte d'Azur plaide désormais pour la relance de Nice Acropolis et demande à ce que les parties prenantes, dont les salariés du palais des congrès niçois ne cherche à jouer la "politique du pire". Candidate elle-même à la gestion avec le groupe de BTP CARI, elle retient que c'est un  professionnel du secteur qui prendra les rênes au 1er janvier 2007 et se félicite du fait que le cahier des charges ait évolué dans le sens du réalisme. La Chambre de Commerce et d'Industrie demande aussi à ce que tout soit fait maintenant pour que Nice Acropolis redevienne le moteur du tourisme de congrès niçois. Voici la position qui a été donnée dans un communiqué.

 

"Le Conseil Municipal de Nice a voté hier, mercredi 20 décembre, l’attribution à la société GL Events de l’exploitation des palais niçois pour une durée de dix ans.

 

En tant que candidat non retenu, nous n’entendons ni contester ni polémiquer et prenons simplement acte du choix proposé en faveur d’un professionnel du secteur.

 

Nous nous félicitons également de ce que notre participation à cet appel d’offres de délégation de service public ait incontestablement contribué à faire évoluer le dossier et, d’une certaine façon, permis le retour, en phase de marché négocié, de GL EVENTS qui avait retiré sa candidature durant la première phase de l’appel d’offres.

 

En effet, la Ville de Nice a manifestement enfin pris en compte, dans le cahier des charges de la seconde phase ainsi que dans le projet de contrat, bon nombre de nos recommandations telle que la prise en charge de divers gros travaux qui lui incombent ou des risques liés à l’urgente mise en sécurité des bâtiments …

 

Nous invitons solennellement les salariés d’ACROPOLIS ainsi que toutes les parties prenantes à ne pas jouer la « politique du pire » mais à mettre toutes leurs compétences et leurs savoirs faire au service de leur futur employeur et de la Côte d’Azur.

 

Trop de temps a été perdu, Acropolis n’est plus aujourd’hui un outil performant. Il est essentiel que l’activité des congrès de Nice redevienne un moteur pour l’économie, l’emploi et les commerces."

 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011