ShareThis

Sophia : Renault reprend le site de R&D d'Intel!

Le groupe Renault annonce la reprise des activités de R&D françaises d'Intel dans les logiciels embarqués, activités dont le géant américain du processeur avait annoncé l'été dernier vouloir se séparer. Sur la technopole 200 emplois sont sauvés (et 200 sur Toulouse dont le site est également repris). Ce projet d'acquisition doit être finalisé d'ici la fin du 2ème semestre 2017. Le Groupe Renault confirme ainsi sa stratégie de développement dans les véhicules connectés et autonomes.

Bonne nouvelle pour Sophia Antipolis : le groupe Renault vient d'officialiser ce matin la reprise des activités de R&D françaises d'Intel, spécialisées dans les logiciels embarqués. Ce qui confirme les bruits qui circulaient depuis le début de l'année. Sur la technopole, cela représente environ 200 emplois qui se trouvaient menacés depuis l'été dernier quand le géant américain des processeurs a décidé de fermer tous ces centres de recherche et développement en France, dont celui de Sophia Antipolis. L'accord qui a été signé ce matin avec Intel concerne en plein Sophia, inclut également le site de Toulouse, mais pas les autres sites plus petits d'Intel (Nantes, Montpellier…).

Le développement des véhicules connectés et autonomes

"Ce projet d’acquisition, qui devrait être finalisé d’ici la fin du deuxième trimestre 2017, affirme la stratégie du Groupe Renault quant au développement des véhicules connectés et autonomes", est-il noté en préambule du communiqué d'annonce. "Les équipes de R&D françaises d’Intel, fortes de plus de 400 experts IT, possèdent une longue expérience internationale dans le développement de logiciels embarqués. Des forces vives au service de l’innovation !"

Les ingénieurs d'Intel sont en effet spécialisés dans les logiciels de connectivité et les solutions embarquées. Un savoir-faire qui était surtout appliqué au domaine de l'ultra-mobilité mais qui a également été déployé dans l'Internet des objets. Les ingénieurs sophipolitains et toulousains viendront ainsi renforcer les équipes et les compétences de l’ingénierie de Renault. "Les équipes concernées sont spécialisées en logiciels embarqués, en connectivité et création de nouvelles expériences client. Elles apporteront au Groupe Renault leur savoir-faire, leur expérience, leurs méthodes et outils, ainsi que leurs réseaux de fournisseurs, de laboratoires et d’entreprises partenaires", note Renault précisant que "certaines équipes disposent d’ailleurs déjà de compétences appliquées au secteur de l’industrie automobile (dans le domaine d’application du Multimédia et de la connectivité)".

Avec cette acquisition, le Groupe Renault bénéficiera de l’ensemble des compétences nécessaires pour accélérer le développement de la nouvelle génération de logiciels embarqués dans ses véhicules. Des technologies qui permettront d’offrir des services personnalisés, une mise à jour à distance, en toute autonomie et en temps réel, sans intervention d’un tiers.

Le nouveau positionnement de la technopole sur l'automotive

Président de la CASA, Jean Leonetti, se réjouit pleinement de cette annonce. Pour lui, elle démontre une fois de plus le caractère spécifique de la technopole dans sa capacité à se renouveler sans cesse. "En effet, elle se compose désormais de plus de 36 000 emplois et de 2 230 entreprises, pour un chiffre d’affaires équivalent à celui du tourisme sur la Côte d’Azur, et plus de 1 000 emplois supplémentaires sont créés chaque année", souligne Jean Leonetti.

Cette reprise vient par ailleurs consolider un secteur de plus en plus important sur Sophia Antipolis, à savoir l’ "automotive". De nombreux acteurs majeurs de ce domaine sont déjà présents sur la technopole : NXP automotive, Bosch, Aisin Seiki, Toyota Group, Magneti Marelli, Altran Automotive, Vodafone Automotive, Vinci. Renault vient aussi confirmer et amplifier ce nouveau positionnement de la technopole.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011