ShareThis

Thales Alenia Space va supprimer 146 postes à Cannes

Dans le cadre d'un plan de compétitivité dévoilé en décembre, le constructeur de satellites a annoncé mercredi en Comité d'Entreprise la suppression de 270 postes sur 4.300 en France dont 146 sur 1.900 à Cannes (et 124 à Toulouse sur 2.400). Les départs se feront sur la base du volontariat et selon des mesures d'âge.

Des nuages sur l'emploi pour Thales Alenia Space dont l'un des gros établissements se trouve à Cannes. Le constructeur de satellites a en effet annoncé mercredi en Comité d'Entreprise qu'il comptait supprimer à l'horizon 2015 quelque 270 postes en France (sur 4.300, soit un peu plus de 6% de ses effectifs). Le site de Cannes, où sont construits plus particulièrement les satellites de télécommunications (la branche qui est à la peine actuellement), serait plus touché avec 146 suppressions de postes (sur 1.900 salariés). Pour Toulouse, 124 départs sont prévus pour un effectif de 2.400.

La direction a précisé qu'il ne s'agissait pas d'un plan social. Il n'y aurait donc pas de licenciement, les départs se faisant sur la base du volontariat et selon des mesures d'âge. Cette annonce n'a pas surpris les syndicats, TAS ayant dévoilé déjà début décembre son intention de mettre en place un plan de compétitivité prévu sur 18 mois et visant un gain de productivité de 20% d'ici la mi-2015.

Il avait alors été question d'un sureffectif de l'ordre de 200 à 300 personnes sur les 7.500 salariés du groupe dans le monde (France, Italie, Espagne, Belgique, Allemagne et Etats-Unis), sans toutefois donner de précision quant à une déclinaison par pays et par site. Il semble ainsi que la France en ait encaissé une large part mais les suppressions de postes, qui ont déjà touché l'Espagne et la Belgique, devraient également concerner les autres filiales étrangères.

La raison ? La concurrence américaine s'est intensifiée avec Boeing et surtout Loral. Une concurrence que l'euro fort rend plus difficile à combattre, notamment sur le secteur ouvert des satellites de télécommunication. L’année dernière, Thales Alenia Space n’a engrangé que deux contrats dans ce secteur, alors que, selon son Pdg, Jean-Loïc Galle, le point d’équilibre se situe à trois satellites télécom. Outre cette salve de suppressions de postes, le plan de compétitivité prévoit également des transferts d’équipes en interne, ainsi qu'une centralisation de la direction commerciale et des économies à réaliser sur les achats.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011