Tourisme : la Côte détaille son plan de relance hors norme à 2 M€

La mesure du choc que subit la Côte d'Azur avec la pandémie ? Quelques chiffres donnent l'ampleur du désastre. Ils ont été rappelés par David Lisnard, maire de Cannes (ville tout particulièrement sinistrée) et président du CRT Côte d'Azur avant la présentation des détails du Plan de relance du tourisme azuréen. Une conférence de presse organisée en digital, la Covid-19 continuant à menacer.

1,3 milliards d'euros de perdus pour la Côte

A l'heure d'aujourd'hui et hors éventuelle seconde vague, c'est pour les quatre mois de blocage total de l'activité environ 1,3 milliards d'euros d'activité qui ont été perdus pour les Alpes-Maritimes (chiffres d'affaires et dépenses induites). Irrattrapables. Le bassin cannois à lui seul affiche une perte sèche de l'ordre de 500 M€. Le palais des Festivals a perdu en trois mois 25 M€ de chiffre d'affaires en location d'espaces et en services su un bilan annuel de 45 M€.

Terre d'accueil, la Côte a été particulièrement touchée dans son économie : si le tourisme représente 8% du PIB français, dans les Alpes-Maritimes il monte à 15% et représente pratiquement la moitié pour des villes comme Nice et Cannes. En termes d'emploi, c'est 75.000 emplois directs générant autant d'emplois indirects. D'où un plan de relance massif, comme cela avait été fait après l'attentat de Nice. Un plan com' de 2 M€ qui, annoncé à la mi-mai, restait encore à "co-construire" dans le détail avec l'ensemble des professionnels. C'est ce plan, financé par les collectivités et en partie par le privé (25%) qui a été présenté cet après-midi dans ses multiples déclinaisons.

Opération "séduction" du marché français

On y retrouvera les trois grands axes : le renfort de la notoriété et la visibilité de la destination CÔTE d’AZUR FRANCE ; la réassurance de la Destination ; la transformation et la conversion en séjours. Ainsi, l'opération "séduction" du marché français a commencé avec la campagne "Changez de décor" assortie de "visuels inspirants". Parallèlement, des actions de réassurance de la Destination sont menées à travers des accueils de journalistes et d’influenceurs pour témoigner des atouts de la destination et de son intérêt touristique préservé et renouvelé sur l’expérientiel, tout en informant sur la mise en place des protocoles sanitaires par les professionnels azuréens. L'occasion de compter sur les "fans" de la Côte.

A noter également dans ce plan aux multiples facettes, une stratégie construite pour accélérer l’achat de séjours par le biais de multiples canaux offrant des hébergements au meilleur prix, sans dégrader l’offre et les prestations. Ainsi la Côte va s’appuyer sur les poids lourds du secteur touristique pour convaincre les français et la clientèle européenne. Une opération exceptionnelle avec Expedia est lancée depuis le 15 juin.  20% du plan d'autre part est consacré au tourisme d'affaires, le "MICE" qui est le grand oublié des mesures gouvernementales et qui, sur la Côte et tout particulièrement à Cannes, seconde ville de salons et congrès après Paris a une importante fondamentale.