ShareThis

Autopartage : VULOG exporte son Free Floating à Vancouver

La société azuréenne, spin-off d'Inria Sophia qui pilote entre autres AutoBleue à Nice, ouvre un bureau à Vancouver au Canada. Elle y exporte son savoir-faire en matière d'autopartage de nouvelle génération, très porteur en Amérique du Nord : le Free Floating, le Libre Service Intégral, sans station ni réservation.

Un nouveau pas important dans le développement de VULOG qui, entre autres, assure le pilotage du service Autobleue à Nice : la société azuréenne, aujourd'hui leader français des technologies d’autopartage, ouvre un bureau à Vancouver au Canada. Déjà fortement implantée en Amérique du Nord auprès de trois acteurs majeurs de l’autopartage, l’entreprise y poursuit son développement en se concentrant sur des services d’autopartage de nouvelle génération : le Free Floating (Libre Service Intégral, sans station ni réservation).

La croissance de l'autopartage poussée par le Free Floating

L’autopartage, avec Auto bleue à Nice, la Côte d'Azur connait bien ce système de mise à disposition d’une flotte de véhicules mutualisés à l’échelle d’une ville ou d’une entreprise. Il bénéficie aujourd’hui d’un succès mondial grandissant. Considéré comme une solution efficace aux enjeux de mobilité durable, ce système gagne du terrain, notamment en Europe et en Amérique du Nord, berceaux du concept. Le continent nord-américain en particulier compte au 1er janvier 2014 pas moins de 43 opérateurs publics, totalisant 21.500 voitures partagées pour 1,5 millions d’utilisateurs.

Ce succès de l’autopartage s'inscrit dans la durée. Mais ce qui pousse la croissance aujourd'hui, tout particulièrement en Amérique du Nord, c'est le Free Floating. La nouvelle génération. Ce nouveau modèle sans station ni réservation assure à l’utilisateur une mobilité plus flexible, spontanée, et sans contrainte. Celui-ci peut en effet accéder de manière instantanée à un véhicule à proximité grâce à son Smartphone.

Il s’agit d’un modèle qui séduit de plus en plus les opérateurs relève VULOG: ils profitent d’un déploiement modulable lié à l’absence d’infrastructures, d’un taux de rotation élevé rapidement atteint pour chaque voiture, et d’une appropriation facilitée du service par les clients, le tout jouant en faveur d’un rapide retour sur investissement. Un domaine dans lequel la start-up azuréenne s'inscrit comme expert.

L'ouverture d'un second bureau à l'étranger étudiée pour 2015

Dès sa création en 2006, la spin off d'Inria Sophia fondée par Georges Gallais et David Emsellem, avait anticipé l’émergence de ce nouveau type d’autopartage avec la mise en place d’un démonstrateur à Antibes en 2007, puis à Rueil-Malmaison en 2009. Aujourd’hui cette expertise traverse l’Atlantique et a déjà été adoptée par trois acteurs reconnus de l’autopartage, en particulier Communauto.

Le premier opérateur d’autopartage canadien a en effet choisi VULOG pour équiper les 120 voitures thermiques et électriques de son service de Free Floating Auto-Mobile à Montréal. L’ouverture récente d’un bureau à Vancouver vient consolider ce mouvement sur le continent nord-américain où près de 500 nouveaux véhicules équipés par la PME sont attendus pour 2015. Georges Gallais, Président et co-fondateur de VULOG, y voit une reconnaissance internationale du savoir-faire de la société. "Notre bureau outre-Atlantique permettra de mieux accompagner nos clients existants et futurs dans leurs projets", commente-t-il. "Il s’inscrit dans notre stratégie de développement à l’échelle mondiale, et nous étudions déjà l’ouverture d’un second bureau à l’étranger pour 2015."


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011