ShareThis

Centre d’Ostéopathie Atman : une rentrée sous vide juridique

Si l'école d'ostéopathie à Sophia Antipolis a remporté une manche devant le Conseil d'Etat elle n'est pas pour l'instant agréée par le ministère de la Santé. D'où une rentrée 2015 dans un "vide juridique" pour près de 300 élèves, une bonne centaine de moins que normalement, tandis que la bataille continue pour retrouver son agrément.

Après une tempête d'été, c'est une rentrée inhabituelle qui se fait cette semaine au Centre d'Ostéopathie Atman de Sophia Antipolis. Il accueille pour cette année scolaire près de 300 élèves, soit une bonne centaine de moins qu'habituellement, une partie des élèves ayant préféré s'inscrire dans des écoles agréées. Car cette rentrée 2015 (sur la photo, la rentrée de la 1ère année) reste sous la menace d'une absence d'agrément suite à l'annonce de la nouvelle liste des écoles agréées faite début juillet par le Ministère de la santé. Pour les 14 écoles "recalées" dont Atman (sur les 37 dossiers déposés), cela qui veut dire que les futurs diplômés à l'issue de la 5ème et dernière année ne pourront exercer si, entretemps, l'agrément n'a pas été obtenu. Sacrée épée de Damoclès.

Certes, voilà une semaine, une manche a été gagnée au Conseil d'Etat. La plus haute instance juridique, appelée en référé, a suspendu la mesure de non-agrément et a demandé au ministère de revoir sa copie sous un mois. Une belle victoire. Mais pour cette rentrée, l'Institut Atman, établissement reconnu à l'international depuis une quarantaine d'années, se retrouve provisoirement dans un vide juridique, comme les 14 autres écoles d'ostéopathie sans agrément. Une réelle incertitude pour les étudiants qui, cependant, ont fait confiance à Atman pour la qualité de sa formation tout autant que pour sa capacité à retrouver son agrément.

Vive réaction face au communiqué du Syndicat Français des Ostéopathes

Cette situation explique la vive réaction face au communiqué publié hier par le président du Syndicat Français des Ostéopathes, Philippe Serlingot qui, en clamant son soutien à la réforme de la formation des ostéopathes entreprise par le gouvernement, assure que les Français veulent la fermeture des écoles non-agréés pour raison de santé publique. Pas très sympathique pour les "recalés" dont plusieurs comme Atman, estiment avoir été très injustement pénalisés et ne pas avoir pu s'expliquer.

"OUI à la Reforme ! NON aux mensonges en bande organisée !", titre aussi Atman dans un communiqué musclé. "Quand pour défendre une réforme nécessaire pour la profession, on prend un panel de français en otages en leur laissant croire que toutes les écoles non agréés sont « dangereuses » pour leur santé, de qualité médiocre, salissant ainsi leurs enseignants et leurs étudiants, la méthode de globalisation est honteuse. Qui a le plus d’intérêts personnels dans tout cela ? La question peut légitimement se poser" souligne Atman.

Et de relever que certaines écoles agréées "ne remplissent même pas des critères majeurs du référentiel comme l’attestent des documents officiels et auraient dû, dans une véritable équité, être recalées… !" "Jeter le discrédit sur toutes les écoles non agréées, ne tenant aucun compte de l’avis motivé sur le fond, surtout de la part de la plus haute juridiction administrative, le Conseil d’Etat, est une insulte à la Justice. Appeler à la fermeture pure et simple de nos établissements sans venir les juger sur pièces, par des contrôles sur le terrain de l’IGAS, est purement scandaleux", est-il ajouté.

On le voit. Autour de la réforme, la bataille de la formation à l'ostéopathie fait aujourd'hui rage. Dans ce qu'il estime être avant tout une bataille de lobbies, Atman est bien décidé à continuer à se battre et à faire valoir la qualité de l'enseignement et des connaissances qu'il transmet. Bienvenue en tout cas dans l'ostéopathie, "un monde de passion" comme le définit l'école...


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011