ShareThis

Changement climatique : le cri d’alarme de Brice Lalonde

Conseiller pour le développement durable de l’ONU, Brice Lalonde était à Nice le 17 décembre pour donner une conférence sur le thème : « Le changement climatique, un défi et une opportunité pour les entreprises françaises ».

Rencontre avec l’ancien Ministre de l’Environnement pour qui les Chefs d’Etat doivent reprendre les choses en main dans les négociations sur le climat afin d’aboutir à des progrès significatifs lors de la prochaine COP 21 qui se déroulera en fin d’année à Paris. 

Brice Lalonde, vous avez débuté votre intervention par un cri d’alarme. Pour vous, changement climatique égal cataclysme annoncé ?

C’est vraiment la menace la plus grave que l’humanité n’est jamais connue. C’est comme si un astéroïde s’écrasait sur la terre. Malheureusement, elle n’est pas assez combattue et prise au sérieux. Il est urgent que tous les politiques, les citoyens et les collectivités se mobilisent ensemble, au niveau planétaire et pas seulement en France. Nous sommes d’ailleurs plutôt bon élève dans ce domaine par rapport à la Chine, aux Etats-Unis et aux pays qui émettent beaucoup plus que nous.   

Depuis des années, vous êtes au cœur de toutes les grandes négociations sur le climat. Celles-ci sont freinées par la défense des intérêts nationaux au détriment de ceux de la planète ?

Nous sommes dans un système mené par 190 états souverains qui ont à peu près les mêmes prérogatives et qui défendent bec et ongles leurs intérêts particuliers dans une négociation où l’intérêt global de la planète est souvent absent. Les états parlent beaucoup, mais il se trouve peu de monde pour défendre la planète.

Les Chefs d’Etat doivent être présents à Paris pour la COP 21

Vous critiquez également les diplomates et appelez les Chefs d’Etat à reprendre les choses en main ?

Les négociateurs, ces « diplocrates » ont un peu volé le processus et l’on compliqué à loisirs. On n’y comprend plus rien ! Les Chefs d’Etat, qu’il faut pratiquement enfermer dans une salle en conclave, doivent reprendre les choses en main et j’espère qu’ils seront invités à Paris. Contrairement à ce que l’on pense, ils ont sauvé la situation à Copenhague où ils ont négocié durant une nuit entière dans des conditions invraisemblables d’inconfort. Cela a abouti à un accord qui a été adopté ensuite par les Nations-Unies avec un an de retard, simplement parce que 5 pays n’étaient pas contents car ils n’étaient pas dans la petite salle avec les Chefs d’Etat. Cet accord tenait sur deux pages, mais contenait de réelles avancées comme la limitation de la hausse des températures à 2° ou la création d’un Fond Vert d’aide aux pays les plus démunis, de 100 Milliards de dollars/an à partir de 2020.

L’heure est grave mais l’espoir demeure, notamment grâce aux entreprises ?

Oui, il y a vraiment un « dégel de la banquise » du côté des entreprises. Depuis un an, elles commencent à se mobiliser de manière très pragmatique en mettant en œuvre des pratiques réalisables. Elles le font d’ailleurs souvent avec beaucoup de sérieux, avec des objectifs précis et chiffrés qu’elles s’efforcent d’atteindre. Cela joue même un effet d’entrainement car les entreprises réclament désormais des gouvernements, des mesures susceptibles de créer un environnement favorable à cet élan. Même le monde de la finance s’y met en refusant d’investir aujourd’hui dans des processus émettant trop de carbone comme les centrales à charbon.

Le changement climatique peut-il être une réelle opportunité pour les entreprises ?

Oui car c’est une nouvelle économie qu’il faut inventer et les entreprises françaises sont d’ailleurs souvent bien positionnées sur ce créneau. L’innovation va permettre l’essor des énergies renouvelables et décupler aussi les économies d’énergie. Nous assistons également actuellement à la fusion du monde de l’énergie, en particulier l’électricité, avec le numérique et tout ce qui permet à notre système économique de devenir intelligent. L’énergie intelligente, c’est certainement la solution d’avenir.  

Légende photos :

- Conférence Climat – Fonte banquise : Le réchauffement climatique fait déjà des ravages et le pire est à venir si des mesures énergiques ne sont pas prises rapidement au niveau planétaire (DR)

- Conférence Climat – Brice Lalonde : Brice Lalonde, l’ancien Ministre de l’Environnement est depuis des années au cœur de toutes les grandes négociations sur le climat.


Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011